La joie de l’enfant: l’accepter en musique

L’expression de la joie n’est pas toujours accepté chez les enfants. Vos enfants sont TROP joyeux. Excités même. Ils faut les calmer?

Ils sont un peu comme cette chanson:

Il y a des jours comme ceux où nos enfants reviennent de chez Papy et Mamy, ou alors ils ont fêté un anniversaire avec plein de bonbons, ou des jours qu’ils savent qu’il y aura du monde à venir et qu’ils auront le droit à l’apéro.

L’APEROOOOOO!!!!

Wuuuuuuhuuuuuu!!!

Alors ça chante, ça crie, ça saute partout dans tous les sens. Les voisins d’en bas, d’en haut et même ceux d’à coté, pour ceux qui n’ont pas de maison, se demandent si la révolution est arrivée chez eux.

Ou alors c’est peut-être une bande de punks qui a décidé de faire la fête tôt… beaucoup trop tôt pour un punk… tellement tôt qu’on se doute que ce ne soit pas la bonne réponse…

La fête pour un punk c’est davantage ça:

Et vue notre condition, parfois on aimerait y être… 😨😅😂

Non, nos enfants c’est plutôt ça…

 

via GIPHY

Quand ils sont comme ça, nous avons la fâcheuse tendance…

mmm….

comment dire?

à être un peu casse fête…

“Calme toi! tu es trop excité!”, “NE CRIEZ PAS!!!”, “les enfants, vous avez le droit d’être contents, mais là c’est TROP”.

Trop?

La première fois que j’ai entendu des adultes dire ça aux enfants, j’ai été un peu surprise…

Voilà pourquoi je me suis dit que mon 25ème article du “défi comment aborder les émotions à travers la musique”, allait parler de la si redoutée joie.

Arrête ta joie, tu me fais mal aux oreilles

Oui, je suis sure que vous avez entendu cette phrase, bon, d’accord, pas comme ça, mais… presque…

D’ailleurs ils en parlent dans cet article, et vous aurez des astuces pour travailler avec ça dans cet article.

Quand je suis arrivée en France c’est la première chose que j’ai remarqué: le peu de tolérance aux expressions de joie. Je n’avais pas ressenti la même chose en tant que adolescente ou enfant dans mon pays (Uruguay, Amérique du Sud, ou si vraiment vous ne situez pas regardez ici).

J’avoue qu’en Uruguay, nous avons énormément d’opportunités pour exprimer la joie, comme le Carnaval, les spectacles de rue, de murga, et même qu’on peut chanter et danser spontanément dans la rue, et les gens vont accueillir l’événement plutôt joyeusement. C’est pareil pour la joie des enfants. D’ailleurs on rigole et on crie avec eux.

Nous n’avons pas de problème à applaudir les feux d’artifices, les atterrissages des avions, à sauter de joie quand on voit quelqu’un qu’on aime bien, et le prendre fort dans nos bras.

Il y en a qui cataloguent les latino-américains de grands enfants à cause de cela.

Oui, peut-être…

Du coup je vous pose la question: est-ce un mal?

Vivre la joie

OK, je ne vais pas vous demander de sauter et crier de joie la prochaine fois que votre enfant l’exprime en plein milieu d’un enterrement. N’ayez crainte.

Bien sûr, il y a des lieux où exprimer sa joie est un peu déplacé… (vraiment?)

Mais, on peut commencer à faire un exercice pour s’entraîner à être plus tolérant aux bruits et expressions de celle-ci.

Voyons comment s’aider du meilleur outil, à mon sens, pour ce faire: LET’S PLAY MUSIC!!!!

3 astuces pour connecter avec votre joie et celle de votre enfant

Première astuce:

Quelle est la chanson sur laquelle vous dansiez, quoi qu’il se passe, quand vous étiez dans un âge moins sérieux?

Mettez-là.

Allez-y, vous n’avez plus l’excuse que vous avez perdu le CD ou pire: la cassette, vous avez Spotify, Deezer ou Youtube maintenant.

Montez le son.

DANSEZ!!!!!!!!! et chantez, et profitez de ce moment de joie et de bons souvenirs en les partageant avec vos enfants.

Deuxième astuce:

Quelle est la chanson préférée de votre enfant? Celle qui le fait danser quoi qu’il se passe, qui le met en complète extase.

Mettez-la.

Montez le son.

Et répétez la même opération que pour l’astuce précédente.

Troisième astuce

Prenez vos habits les plus fous ou déguisez-vous (enfants aussi). Si vous le souhaitez, vous pouvez même vous maquiller. Mettez beaucoup de couleurs, sortez de votre zone de confort.

Ensuite, vous pouvez prendre des articles sonores comme des tupper-ware, casseroles, flûtes à bec, appeaux, tambours, ou ce que vous avez de bruyant chez vous.

Si vous n’osez vraiment pas déranger les voisins allez dans un parc ou forêt, si vous n’en avez pas, chez-vous.

Vous allez jouer sans retenue. Il y a des réticences qui arrivent à votre tête?, jouez plus fort! C’est l’heure de guérir. Vous avez le droit d’exprimer votre joie. La joie est positive et emmène des choses positives. La joie est la santé, l’abondance, l’éveil spirituel, l’intelligence. Rien ne vaut d’être vécu si ce n’est pas avec joie.

Alors, SOYONS JOYEUX.

Dites-moi en commentaires les chansons qui vous donnent la joie et l’envie de danser, j’ai envie de danser avec vous!!!

Je vous souhaite du bonheur, de la sagesse et du rythme binaire.

Aborder les instruments: les percussions

Comment aborder les instruments de musique avec les enfants? Vous ne connaissez pas très bien les instruments? Leur nom vous échappe? Vous aimeriez les apprendre aux enfants tout de même?

Pour ceux qui habitent Paris ou certaines villes comme Montreuil ou Antony, je recommande d’inscrire votre enfant au cours de Découverte Instrumentale. Mais si vous êtes un habitant du reste de la France, cela est, en effet, très compliqué à trouver.

En étant prof de Découverte moi-même, je me suis évidemment posé la question de comment aborder les instruments aux enfants. Comment leur montrer le plus grand nombre, sans savoir les jouer? Sans savoir même les noms de tous les instruments. Car il y en a beaucoup dans le monde entier!

Alors, une méthode que je me suis appliquée était de voir les instruments par famille. Cela est le plus logique et le plus facile à réaliser. 

Mais le plus gros du problème est de : comment approcher le sujet sans que cela devienne rébarbatif? Quand j’ai commencé à donner des cours de découverte instrumentale j’avais cette fâcheuse tendance à monologuer au sujet des instruments pendant un petit bout de temps. Du coup les enfants ne prêtaient plus attention, se dispersaient, baillaient. Bref. Je les perdais…

Du coup, j’ai commencé à créer des fiches, avec les images d’instruments, puis je les ai accrochées au mur pour que l’enfant puisse les visualiser. Ensuite, je faisais des jeux autour de la famille que j’abordais ce jour là, afin que les noms soient intégrés plus facilement.

Donc voici quelques propositions pour intéresser les enfants aux instruments.

A travers une histoire

Vous connaissez Piccolo et SaxoC’est une histoire sur les instruments d’orchestre. Le seul problème est qu’elle est longue pour les petits. Même en la faisant en plusieurs fois, les enfants ne retiennent pas. Je pense qu’elle est bien pour les enfants à partir de 5 ans. Il y a même Piccolo et Saxo 2 qui rencontrent les instruments “branchés”.

Il y a aussi les imagiers de Fuzeau avec Noumba que les petits de 2-3 ans adorent. 

Vous pouvez aussi inventer une histoire à ce sujet. Une qui s’adapte à l’âge de votre enfant. Par exemple, si votre enfant est petit, de 12 mois à 3 ans, vous pouvez créer un personnage qui lui ressemble, ou carrément le prendre lui comme personnage.

Il rencontre la famille d’instruments que vous avez choisie ce jour là: les percussions, les vents ou les cordes. Vous choisissez juste quelques instruments. Pour les percussions cela pourrait être le djembé, le tambourin, le güiro, les œufs et les claves. Ensuite ce personnage doit examiner les instruments comme un vrai petit scientifique! 

Une fois que vous avez fini votre histoire, si vous avez quelques uns de ces instruments chez vous, vous pourriez le découvrir comme le faisait le personnage.

Par contre, cela demande que vous ayez une idée des instruments. Ne vous inquiétez pas, je vais vous écrire un petit résumé. Bientôt je mettrai à disposition des fiches. Sinon, Fuzeau en publie (non, je ne travaille pas pour Fuzeau…) le seul hic est qu’il n’a pas d’affiches des instruments qu’on utilise régulièrement en éveil musical. Mais je les réaliserai bientôt, soyez patients!

Famille des percussions

Les instruments à percussion sont ceux qu’on doit percuter pour qu’ils sonnent. D’où leur nom percussion.

Il existe plusieurs sortes: les instruments à peaux, les métalliques, les bois, les mélodiques, les rythmiques, etc. D’ailleurs, la première chose qu’on peut demander à l’enfant ce sont ses sensations au toucher de l’instrument. Est-ce qu’il est froid? Est-ce qu’il est doux? Est-ce qu’il y a des notes quand on le joue?

Nous pouvons également trouver des percussions dans beaucoup de cultures différentes. Je vais citer les plus connues et utilisées en éveil musical. Si vous voulez que je parle d’instruments qui n’apparaissent pas, n’hésitez pas à me le signaler, pour que je fasse une recherche, et je l’inclus dans mon article.

Je vais les classer par continent, pour qu’on s’y retrouve plus facilement. J’ai inséré des liens sur les noms pour que vous puissiez les voir.

Europe

Dans la musique classique nous avons: les timbales, la caisse claire, CastagnettesCloches, cymbales, Glockenspiel, Grosse caisse, tambour Tambourin, Triangle

Xylophone

Amériques

Congas, maracas, claves (si vous voulez en construire c’est par ici!), güiro, tambores, bongo, cajón, marimbula, pandeiro, repinique, bombo, agogo, chékéré.

Afrique

Dundun, djembé, balafon, djabara, et des instruments qui ressemblent à ceux d’Amérique latine, pour des raisons évidentes. (Au cas où ce ne soit pas évident pour vous, voici un article qui pourra vous aider)

Asie

Tamtam, gong, bols chantants, cymbales chinoises.

Dans le prochain article je vous parlerai de la famille des cordes.

En attendant, je vous dis bonne semaine, et n’hésitez pas à me laisser vos impressions dans les commentaires ou dans le groupe Facebook!

 

 

Instruments fait maison

 

Les instruments de musique manquent chez vous? Vous voudriez en avoir, mais Noël ce n’est pas tout les jours pour en demander? Vous préférez peut-être que cela vous coûte peu cher, voir rien du tout ou qu’ils soient “fait maison”?

Et si on  fabriquait des instruments très simples, “fait maison”, avec nos enfants? 

Cela ferait une activité manuelle à faire après la promenade dans les bois. Vos enfants seront ravis d’enfin pouvoir utiliser les choses qu’ils ramassent. Nous pouvons trouver des bouts de bois, des graines et des cailloux toute l’année. Et si cela n’est pas assez, vous allez enrichir votre boîte à instruments de musique!

Super! Mais comment faire?

Il y a quelques jours, je suis descendue au jardin avec mes enfants. Nous avons la chance d’avoir dans notre résidence, un énorme jardin avec quelques arbres, et nous en profitons le plus possible. 

C’est ici que nous faisons nos activités manuelles quand le temps est clément, en plus des activités physiques. Bien sûr, dès que je le peux, j’en profite pour tester mes histoires avec mes enfants. Mes histoires bruités bien sûr! Et eux en raffolent!

Il s’avère que la dernière fois, c’est en voulant raconter une de mes histoires, que je me suis aperçu qu’il me manquait le matériel nécessaire, en d’autres mots: des instruments! 

Panique! Angoisse! Comment faire? 

Je regarde autour de moi et je ne voie que des petits gravillés, de l’herbe et des arbres. Puis des feuilles mortes (vous entendez la chanson?) qui criquent et craquent quand on marche nonchalamment dessus. 

Oh! que vois-je là bas par terre? Ce sont des… branches d’arbres!! Mais oui! Bien sûr! Si on fabriquait des claves?

Les claves sont des instruments de percussion très anciens qui viennent de l’Amérique Central. Utilisés pour marquer le tempo avec un rythme appelé la clave. Ce sont deux battons en bois. On forme un creux avec la main gauche où l’on pose l’un des battons. Puis on prend l’autre batton avec la main droite, qui va venir percuter la clave de la main gauche pour faire un rythme ou donner un tempo.

Réalisation des instruments

Claves

Du coup, nous avons choisi des paires de branches assez épaisses, d’un diamètre de 1 cm.  Comme longueur 15 à 20 cm.

Nous les avons scié, brossé et poncé avec du papier de verre. J’ai coupé à la scie ceux qui étaient trop longs. 

Puis, nous les avons décorés avec de la peinture acrylique. Cette peinture, après conseil au magasin, est efficace pour toute surface et elle n’est pas toxique pour les enfants. Bien sûr, ils ne doivent pas la mettre à la bouche. Puis, vous devez protéger les vêtements des enfants avec une tunique, car cette peinture ne s’en va pas au lavage! Ne pas les décorer avec du fil ou de la laine, car cela empêchera les claves de sonner, et ce n’est pas notre but. Ensuite, nous les avons mis à sécher au moins 24 heures. Et j’avoue qu’après nous leur avons mis des paillettes, nous n’avons pas pu y résister  😉 

 

Voilà des claves uniques prêtes à l’utilisation!

Shakers

Enfin, nous avons créé des shakers. Nous avons cherché des vieilles bouteilles en plastique que nous avons décorés. Là vous pouvez laisser aller votre imagination: peinture, fil ou laine, collage. Toutes les décorations sont permises, car ce qui sonnera sera à l’intérieur. Ensuite, les petits ont eu l’immense plaisir de remplir la bouteille décorée de cailloux et de graines. Nous les avons fermés le plus hermétiquement possible , et voilà le tour est joué! Nos shakers fait maison sont finis.

Nous avons maintenant une base d’instruments de percussion “fait maison”  afin de rythmer nos chants et bruiter nos histoires. Ce n’est pas génial tout ça?

Alors, qu’attendez-vous pour faire vos claves et shakers personnalisés?

Faites des photos de vos créations, et partagez-les avec nous! Cela donnera des idées à toute la communauté!

A bientôt sur Petit Doremi!