A quoi sert la musique dans ma classe?

“Sans musique, il n’y a pas  d’éducation véritablement complète, humaine, informante” selon Etienne SOURIAU, philosophe français. Alors, comment inclure la musique dans la classe?

Il est très intéressant l’écart qui existe entre la réputation de la musique et son rôle omniprésent dans la vie de tout le monde.

Quand on demande à aux ados “pourquoi la musique, à quoi ça sert?” tout de suite ils répondent bouche bée: “mais, c’est impossible vivre sans musique!”. 

Pourtant, quand on pose la même question aux gens “sérieux”, la réponse est “à divertir, à danser“, mais on le lui enlève beaucoup d’importance, voir on la ridiculise.

Combien de fois m’a t-on questionné, après avoir dit que la musique était mon métier, quel était mon “vrai” métier? Comme si c’était impossible qu’un métier musical existe. Et cela est commun à tous les arts…

Puis, il y a les sciences, les neurosciences pour être plus précise, qui prouvent que la musique a une importance crucial chez l’être humain et son développement. A ce moment là, même le ministère de l’Education Nationale commence à reconnaître qu’il faut vite que la musique soit incluse dans l’éducation de nos enfants et organise depuis ces trois derniers ans “la rentrée en musique”.

Ils n’ont pas tort! Vous savez pourquoi?

La musique dans les événements

La musique est très utilisé lors de “lives”, commémorations ou autres. Cela permet à l’organisateur d’accompagner les participants vers des émotions et des sentiments communs.

Evénements patriotiques

En Amérique Latine, dans les écoles de l’Etat (publiques ou privés), il y a ce qu’on appelle des “actes”. 

Ceux-ci consistent à faire une commémoration pour chaque date “patriotique” de l’année: batailles qui ont marqué l’histoire du pays, naissance d’un héro Nationale, etc (bon, on peut se le permettre… dans ces pays l’indépendance date depuis relativement pas très longtemps comparé aux pays Européens…).

Dans ces événements on chante l’hymne National, bien sûr, mais aussi on chante et on danse des musiques traditionnelles, qui ont été empruntés par la plupart à l‘Espagne, mais qu’on a “légèrement” modifié. 

Ces “actes” donnent un sens à la Nation, dans des pays pour la plupart métis et meurtris par la colonisation, certes. Mais aussi donnent une opportunité de cohésion sociale, une culture musicale commune.

Evénements de coaching collectifs

La musique est très bien utilisé dans ces journées. 

Une bonne musique pêchue pour commencer la séance et donner du pep aux participants. 

Des musiques qui vont de la mélancolie à la joie, en passant par des moments de tension, pour bien accompagner des vidéos de témoignages de ceux qui ont eu l’opportunité de suivre cet événement. Ce qui emmène au public d’avoir plus d’intensité dans leurs émotions.

Essayons:

Imaginez que vous rentrez dans une salle où va avoir lieu une conférence très intéressante. Avant de commencer, les lumières s’éteignent, et sur les hauts parleurs sonne ça:

Que sentez-vous?

Forcément un truc de génial va se passer

Maintenant imaginez l’effet que ça donnerais à vos élèves s’ils commençaient la journée comme ça. 🤣 S’ils ne sont pas motivés après ça, je ne sais pas…

Mais bon, les petits sont déjà suffisamment motivés… ils n’ont pas besoin de ça.

Maintenant écoutez ceci:

Que ressentez-vous?

Idéal pour accompagner nos moments de tristesse, de peur, d’indécision, n’est-pas? (Dites le moi en commentaires!).

La musique dans ma classe

Si on résume un peu tout ça, la musique:

  • donne des aptitudes sociales à se rassembler. 
  • aide à apporter une cohésion en terme de culture musicale
  • est un instrument d’autorégulation émotionnelle
  • apporte une esthétique et des vibrations communes

Mais en plus elle peut être utilisé pour servir les propos de celui qui parle ou enseigne, dans notre cas.

Les petits sont très réceptifs à la musique que l’on entend. Cela peut très facilement les faire changer d’émotion ou de sensation. 

Chanter une musique entraînante à l’heure de ranger ou réaliser une tâche qu’ils aiment moins, peut rendre la collaboration tout de suite plus facile (d’ailleurs, je devrais moi aussi l’utiliser à la maison…)

Je me souviens, enfant, de ce film où Jhonny Depp faisait le ménage avec la musique à fond, et le résultat était génial. Depuis, j’adore mettre de la musique entraînante quand je nettoie.

D’ailleurs, je ne suis pas la seule, en YouTube, on peut trouver des dizaines de playlist pour ranger sa chambre… C’est que ça motive!

Cette chanson pourrait être une idée, en adaptant selon l’âge:

Chanter les comptines traditionnelles, mais aussi des artistes plus récents, donnent une culture musicale commune, et une adhésion sociale. Vous pouvez trouver plus d’idées (en plus des vôtres) ici, ici et ici.

Puis, rien ne vous empêche de créer une chanson commune avec toute la classe, sur un sujet qui les tracasse ou leur donne de la curiosité en ce moment. Cela développe la créativité et l’improvisation.

Les moments de concentration utiliser la musique classique, les moments calmes les comptines douces ou balades jazz

Point d’orgue et fin

La musique dans ma classe peut avoir un rôle très constructif et épanouissant pour l’enseignant et l’élève. La fonction de la musique est multiple, et vous mène à plein de possibilités.

Je vous invite à me dire dans les commentaires comment utilisez-vous la musique dans votre classe, qu’est-ce qui vous empêche d’aller plus loin, comment pourriez-vous utiliser la musique pour aborder d’autres matières?

Pour finir cet article, voici ma chanson non pas d’adieu, mais d’au revoir!

Du bonheur, de la sagesse, de la magie et du rythme traditionnel australien.

Chanter les émotions 1/3

Saviez-vous que chanter aide à verbaliser ce que l’on ressent? Chanter les émotions peut aider les enfants à comprendre un peu mieux ce qui leur arrive.

C’est pour cela que dans ce 26ème article du défi “comment aborder les émotions à travers la musique” je vous ai concocté une compilation de chansons que vous pourriez chanter avec vos enfants.

Bien sûr, ce ne sont pas de chansons à chanter sous l’emprise de l’émotion… D’abord il faut l’apprendre, la comprendre. 

Je pense que c’est un excellent moyen pour parler de ce ressenti, de ce qui nous arrive tant physiquement comme mentalement. Évoquer les raisons, ce qu’on a envie de faire quand on est dans tel ou tel émotion. 

Quand les enfants ont moins de trois ans, ils n’ont pas ni le vocabulaire, ni la maturité pour comprendre. Leur cerveau reptilien est celui qui les guide. Le cerveau logique est en train de se construire. Du coup, chanter des chansons simples qui en parlent peuvent l’aider à comprendre le lien entre l’émotion et la cause, puis petit à petit aussi la conséquence. 

A partir de 4 ans le langage commence à s’acquérir et se maîtriser. Du coup la chanson va être de mieux en mieux comprise, elle pourra être de plus en plus complexe et exprimer ainsi ce que l’enfant ressent. 

Pour cette première parti, je vous ai sélectionné des chansons pour différentes âges. Parfois les paroles sont longues, et selon l’âge il ne faut pas hésiter à raccourcir à un couplé et un refrain. Les grands peuvent apprendre toute la chanson, l’analyser, trouver des exemples dans leur quotidien, et même trouver une chorégraphie.

Allons chanter les émotions!

Alors voici la liste:

Pour la colère

Pour moi cette chanson on peut la chanter avec des enfants qui ont jusqu’à 3 – 4 ans, pas plus. Bien sûr les bébés ne chanteront pas. A partir de 2 ans ils commenceront à chanter quelques mots. Mais avec la chorégraphie elle doit marcher d’enfer!

Cela n’est pas une chanson, même si lui ajouter de la musique peut être facile (peut-être je vous le chanterai une prochaine fois). Mais elle peut très bien marcher à partir de 4 -5 ans. Comme vous voyez il y a aussi une chorégraphie à apprendre.

La tristesse

Cette comptine toute simple est idéal pour les moins de 3 ans. Elle est courte et efficace. On peut expliquer à l’enfant que comme le lapin, nous pouvons être tristes quand on arrive pas à faire quelque chose. Mais quand on persévère la tristesse s’en va pour laisser place à la joie d’y arriver!

Celle-ci est pour les plus grands. Selon l’âge vous pouvez diviser la chanson ou l’apprendre en entier. Personnellement je chanterais un couplé et un refrain pour les PS et MS, deux couplés et refrain pour GS, toute la chanson pour les 6 -7 ans. Pour l’apprendre on peut commencer par aborder le sujet: “comment te sentirais-tu si tu perdais ton doudou?”, et les emmener petit à petit aux paroles de la chanson.

La peur

Chanson pour les moins de 3 ans alternative à “promenons nous dans le bois”. Les enfants de 2 ans par exemple ont tendance à jouer qu’ils ont peur du loup, cette chanson peut les amuser.

A apprendre aux enfants à partir de 4 ans, à condition de diviser la chanson, car un peu longue. Déjà à 5-6 ans ils peuvent l’apprendre en entier. Elle est facile à chorégraphier, et elle est très parlante aux enfants.

Le dégoût

Une autre chanson d’Alain Schneider super rigolote pour parler des choses dégoûtantes! Pour les enfants à partir de 4 si on simplifie la chanson, et on doit la décortiquer, car beaucoup de vocabulaire d’un coup! Même moi (en sachant que le français n’est pas ma langue maternelle, mais j’ai un petit niveau de français quand même) j’ai dû recourir au dictionnaire pour certains mots… 😂

Je n’ai pas trouvé évidemment de chanson du genre pour les petits… mais je pense qu’il n’y a pas besoin de parler du dégoût au moins de 3 ans. Ils découvrent le monde, rien ne les dégoûte encore…

La joie

Ici je vous laisse la liberté de trouver. Il y en a pour tout les goûts, les âges. Toutes les comptines de ronde, par exemple, sont un excellent exemple, même si les paroles, auxquelles on ne prête pas attention, ne sont pas toujours très… politiquement correctes…

Dites moi en commentaire les chansons qui vous viennent à l’esprit pour chaque émotion, ce sont les mêmes que je vous ai proposé? vous en avez d’autres?

La semaine prochaine je vous prépare une deuxième partie de chansons… originelles!!

D’ici là, je vous souhaite le bonheur, la sagesse et des rythmes bossa.

 

6 réponses en musique face à la colère

Quand les enfants sont en colère, nous avons une forte tendance à nous mettre en colère à notre tour. Du coup la tempête s’agrandit de manière exponentielle, jusqu’à parfois arriver à la violence verbale ou physique.

Ceci est le 22ème article du défi “comment aborder les émotions à travers la musique”, et aujourd’hui je voulais vous résumer les articles de la colère.

En effet, il y a plusieurs techniques face à cette émotion qui peut être si destructrice. Pendant des générations on a opté pour la réprimer chez les enfants, et la défouler en tant qu’adultes soit au travail, soit après quelques verres d’alcool, à la guerre, ou alors avec nos propres enfants.

Aujourd’hui, dans la quête d’améliorer cet état de mal-être, on étudie la psychologie pour comprendre. Nous nous rendons compte que l’ancienne manière de gérer les émotions  ne fonctionne plus. Les adultes qui ressortent de cette éducation sont malheureux et sèment le malheur autour d’eux, et nous ne pouvons plus vivre ainsi.

En tant que maman, professeur de musique, mais surtout en tant personne qui veut devenir une meilleure version d’elle même, je me suis penchée sur la question de la colère. Du coup je l’observe énormément, comme je le montre dans cet article, où j’ai explosé suite au mensonge de ma fille.

 

Ire si tu me tiens

 

La colère, comme je l’explique dans le premier article de mon défi, est une émotion assez peu acceptée par pas mal de disciplines, reniée, réprimée par la plupart des personnes. Mais c’est quoi cet ennemi si détesté de tous?

Un monstre? Une petite chose toute poilue qui devient géante quand on lui donne de l’énergie?

Pour les enfants, la colère est très bien expliquée dans ces livres:

 

Cette émotion monte doucement, mais sûrement après une sensation d’injustice, d’une situation. Nous sentons bouillir le sang, la chaleur monte jusqu’à notre tête. Généralement, à ce moment là nous avons une envie irrépressible de crier, même de frapper, secouer, que nous avons tendance quand on est adulte à pouvoir refréner, ou pas… Les enfants de moins de 5 ans sont incapables de refréner ces impulsions, sauf si la peur de la réponse en face est trop grande. A ce moment là ils se feront du mal eux mêmes pour ne subir la répression de l’adulte. Mais cela ne fait que retarder les choses… Ces enfants là deviennent des adultes “bombes”.

Chez les adultes la psychologie détaille très bien la définition de la colère et ses différentes techniques de gestion, le résumé de mes recherches, à ce sujet, vous pouvez les trouver ici.

Dans cet article je vous explique mieux les dégâts de la colère et quelques solutions d’Art Thérapie pour y remédier.

Exercices pour gérer en musique

Tout au long de ces articles je vous ai suggéré des exercices que vous pourriez faire pour vous-mêmes et avec vos enfants pour apprendre à gérer cette émotion, l’aborder sainement, et qu’elle devienne une amie plutôt qu’une ennemie.

Dès le deuxième jour du défi je vous donne des exercices d’écoute active pour accompagner l’enfant dans sa crise de fureur avec quelques exemples des musiques que j’ai utilisées moi-même avec mes enfants.

Nous avons vu des activités à travers le chant, comme, chanter ce qui nous a mis en colère et les conséquences de nos actes, pour que l’enfant prenne conscience de ce qu’il a effectué tout en dédramatisant la situation, j’en parle davantage ici.

Mais, je dois vous avouer qu’en ce moment, ce qui marche à merveille est la roue des options, ma fille adore cet outil! Malheureusement il n’est pas très musical, mais je tenais à vous en parler quand même.

Et si rien de tout ça ne marche?

Surtout dé-cul-pa-bi-li-sez.

Franchement, c’est comme ça.

Il explose, tu exploses, nous explosons, vous explosez. Oui, c’est vrai.

OUPS!

Puis, on fera mieux la prochaine fois.

Demander pardon est l’antidote, en parler, accepter les blessures de l’autre et les nôtres. De plus, en faire des chansons pourrait être une merveilleuse idée! Ou trouver les chansons qui collent bien à la situation en particulier, et la chanter à tue-tête jusqu’à ce qu’on se sente mieux.

Nous ne sommes pas parfaits, nous sommes juste dans la quête du bonheur. On a tous été blessés dans le passé, et nous devons guérir avec les outils qu’on a. Alors, ne vous en faites pas.

Vous n’êtes pas seul!

J’espère que ce petit résumé vous a aidés à trouver des outils qui vous conviennent. N’hésitez pas à partager si cela vous a été utile, et à commenter d’autres idées musicales que vous avez pour aborder cette émotion si puissante!

Du bonheur, de la sagesse et de la musique!!