3 idées reçues qui nous empêchent de faire des activités musicales avec nos enfants

Notre obstacle principal est nous-mêmes. Avez-vous des idées reçues qui vous empêchent de mettre en place des ateliers musicaux avec vos enfants?

Tout le monde a des bonnes ou des mauvaises raisons pour ne pas réaliser certaines activités.

Qu’elles soient valables ou pas ce n’est pas le sujet. De toutes façons, ce que vous décidez est bien.

Mais parfois ce sont des idées bien ancrées qui nous empêchent de passer à l’action, et nous ne savons pas qu’elles ne sont pas vraies!

C’est pourquoi, aujourd’hui, j’ai décidé d’écrire cet article, pour démonter quelques affirmation que j’ai entendu par ci et par là au sujet des activités que l’on réalise avec les enfants.

Comment identifier une idée reçue d’une simple excuse?

Une idée reçue, est une croyance dans une limite qui n’existe peut-être (même très probablement) pas. Par exemple, on pourrait dire qu’une idée reçue est le fait de croire que si on se mouille sous la pluie, on va tomber malade. Cela n’est pas automatique, et pas forcément vrai. Le fait de se mouiller et prendre un coup de vent n’est pas scientifiquement prouvé que c’est LA cause de tous les rhumes et grippes. Pourtant on le croie, et généralement, quand on le croie, et bien, on fini par tomber malade à chaque fois qu’on se mouille avec la pluie et on prend un coup de vent.

Une excuse, de l’autre côté, est quelque chose qu’on se dit consciemment ou inconsciemment pour ne pas accomplir une telle ou autre tache. Par exemple, un classique: je ne peux pas aller courir tous les matins, je n’ai pas le temps!

Alors, la différence entre les deux c’est la motivation.

La première question à se poser avant d’énoncer toute croyance ou excuse est “ai-je vraiment envie de faire ça?”.

Si la réponse est non, dites tout simplement la vérité, ou mentez consciemment. Vous n’êtes pas motivé, cela arrive, vous êtes dans votre droit. Fin de l’histoire.

Si la réponse est oui, vous pouvez continuer à lire.

Voilà comment on identifie l’une de l’autre!

Top 3 d’idées reçues qui nous empêchent de réaliser des activités musicales avec nos enfants

 

Je n’y connais rien à la musique.

 

C’est vrai? Vraiment rien? Vous écoutez de la musique chez-vous ou dans les transports, ou dans le supermarché lors que vous effectuez vos courses? Vous ne connaissez aucune comptine? Vous ne savez pas distinguer les différentes nuances?

Je vous défie à ne pas connaître ces chansons:

Si vous avez répondu non à toutes les questions, en effet il y a un petit souci… peut-être vous n’avais jamais eu d’enfance… vous êtes né.e adulte. Même pas passé par l’adolescence, rien. Sorti.e du ventre de votre mère comme ça, adulte. 

Autrement, si vous avez répondu oui, c’est sûr que vous pouvez réaliser des activités musicales avec vos enfants. J’ai écrit 70 articles qui peuvent vous aider à trouver des idées. Elles sont simples et très abordables pour toute personne qui a ce minimum de connaissance musicale. Alors je vous invite très chaleureusement à y jeter un oeuil! 

Je n’ai pas d’instruments a disposition

 

Ce qui est bien, c’est que la musique peut se jouer avec tout. D’ailleurs les premiers hommes, qui ont eux aussi joué de la musique, ont utilisé les choses qui l’entouraient pour ce faire. A l’époque n’existant pas les magasins de musique, c’est le seul choix qu’ils avaient.

D’ailleurs, si vous voulez des idées d’homme/femme de cro-magnon, vous pouvez regarder ce vidéo.

En plus, vous avez un instrument qui ne vous quitte jamais: la voix.

Mêmes si vous trouvez que vous ne l’utilisez pas bien, elle est là, et je vous assure qu’elle marche. Vous pouvez vous convaincre en lisant cet article.

Cela prends trop de temps de mettre en place un atelier

Faux, faux, archi faux! 🤣😜

Alors déjà, c’est limite une excuse, et j’ai fait une vidéo pour y répondre: regardez par ici.

Mais, admettons que vous croyez vraiment que cela prends du temps, et bien, déjà, vous pouvez lire cet article de comment intégrer la musique dans son quotidien. 

Ensuite, tout dépends de vos priorités. Vous pouvez toujours garder un jour de la semaine, une petite demi heure ou une heure où vous vous dites que vous ferez un ou plusieurs jeux musicaux, dont ce que je vous propose toutes les semaines via ce blog.

Alors, plus qu’à!

Rassuré.e?

Cela tombe bien! Vous n’avez plus qu’à vous y mettre.

Si vous avez des questions, ou vous avez besoin d’une séance d’accompagnement, vous pouvez me trouver en cliquant sur les séances de coaching dans le menu.

Je prépare, également, en ce moment une formation pour les professionnels de la petite enfance (de 0 à 6 ans). N’hésitez pas à me contacter à ce propos si vous êtes intéréssé.e.

Je vous souhaite le bonheur, la sagesse, et un rythme mambo.

Comment créer une comptine en 10 minutes

La comptine est un outil très puissant pour que votre enfant vous “obéisse“. Créer une comptine peut vous sauver la journée!

Parfois vous en avez marre. Tout simplement.

Tous les matins vous luttez pour que votre petit s’habille, tous les jours vous l’appelez quatorze mil fois par jour pour qu’il vienne. Vous lui rappelez les règles trente six mil fois, et il ne comprends toujours pas, ou pire, il continue à faire ce qui est interdit.

Il est sourd quand il s’agit de vous écouter, mais il entend très bien vos gros mots, ou les possibles critiques que vous puissiez faire au voisin par inadvertance. Et il vous le fait savoir quand vous croisez cette personne en question: “maman, c’est lui le gros porc qui t’a regardé les fesses?” 😨 “oui, fiston, c’est lui. Il vaudrait mieux qu’il ne recommence pas, d’ailleurs.” 😁

Ceci est un sujet assez récurrent. (Pas le gros porc qui vous regarde les fesses mais la non obéissance de votre enfant.)

On a beau essayer les méthodes de la vieille école de la parentalité autoritaire, ou être un bon élève de Filliozat et sa parentalité positive, il y a des fois que rien ne marche. Car il y a un détail qu’on oublie souvent: vous n’avez plus envie de lutter. Vous en avez plus que “assez”.

Vous êtes fatigué, les nuits sont courtes, les journées longues. Alors vous ne demandez qu’une seule chose à votre enfant, c’est de se déshabiller pour aller prendre le bain, de venir manger quand c’est prêt alors qu’il n’a pas arrêté de vous dire qu’il a faim pendant que vous cuisiniez, etc, etc, etc.

C’est l’heure d’un break musical:

 

Vous êtes sauvé!

Non, je ne vous proposerai pas la libération à travers Jésus, Bouddha ou de Dieu. D’autres personnes sont plus qualifiés que moi pour effectuer ce métier.

Aujourd’hui nous allons creuser un peu plus sur l’option du chant. 

Car cet instrument n’est pas seulement un excellent outil d’expression, mais aussi un moyen fantastique pour véhiculer ses idées, qu’elles soient entendues, et surtout acceptés, car exprimés en musique. Tout deviens moins dramatique en musique.

Pour vous aider à comprendre mieux ce que je dis, imaginez n’importe quel lundi de votre vie. Je sais, vous n’en avez pas envie, mais efforcez vous. Cela ne vous plaît pas tellement n’est-ce pas? Retour à la routine, courir d’un endroit à l’autre. Respecter les horaires. Planifier. 

Maintenant, imaginez qu’à votre réveil, pour vous motiver, votre conjoint vous met cette musique:

Tout de suite vous avez plus envie de vous levez, préparer le petit déjeuner et tout ce qui suit. 

Ou alors, quand vous avez une descente d’énergie, que tout d’un coup on vous chante cette chanson:

Ne pensez vous pas que votre enfant ce sentirait pareil que vous si vous lui chantez les chansons qu’il préfère pour le motiver?

Réadapter une comptine

Car les chansons existantes n’ont pas forcément des paroles qui aient à avoir avec les actions que l’enfant doit faire. “Promenons nous dans le bois” est parfaite pour s’habiller, mais pour se déshabiller on fait quoi?

“Allons nous laver au bain, pendant que le requin n’est pas là, si le requin y était, il nous mangerai, mais comme il n’y est pas, il nous mangera pas. Requin où est tu? J’enlève mon t-shirt!”

Vous l’avez compris! Il suffit de prendre une mélodie de comptine qui plaise à votre enfant, et changer les paroles. En plus, vous n’avez pas forcément à vous tracasser la tête en cherchant des rimes, sinon, écoutez la chanson de Frère Jacques. 

Il vous faut être juste un peu créatif avec les paroles, qu’elles soient en accord avec la chanson, ou alors qu’elles soient rigolotes!

Créer une comptine

Vous pouvez également vous aventurer dans le fantastique monde de la composition. Pour cela vous devrez faire face à vos peurs, les mettre de côté, et vous lancer. 

Souvenez-vous, les comptines ne sont pas longues, et vont droit au but. Vous devez passer votre message très vite, très clairement, mais avec comme sujet un animal, ou un personnage avec lequel ils se sentent identifiés.

Si vous voulez qu’il accélère le tempo, vous devez utiliser la lièvre, ou Superman, c’est vous qui connaissez le mieux votre enfant.

Une fois le personnage et la situation déterminé, à ce moment là oui il vous faudra trouver quelques rimes. En général elles sont plus simples à chanter, et plus facile à mémoriser.

Vous écrivez juste une strophe de 4 vers. Au moins que vous soyez vraiment inspirés. Ensuite,  vous trouverez une mélodie en la chantant en impro. Vous changerez quelques notes par ci ou éclaircirez des notes par là. Le tour est joué. Vous avez une comptine personnalisé. A vous d’utiliser toujours la même pour effectuer l’action souhaité. Quelques jours plus tard, votre enfant la chantera avec vous, en plus de savoir ce qu’on attend de lui.

Vous pouvez vous aider d’un clavier ou xylophone pour composer la mélodie. Cela pourrais même devenir une création collective avec vos enfants. Assurez-vous juste de jouer des notes qui se suivent ou qui sautent très peu d’intervalles, pour que ce soit chantable. On cherche à composer une comptine, pas à être le compositeur officiel de Maria Carey…

Pour écouter des exemples à moi, vous pouvez cliquer ici!

Partagez vos créations!

Si vous osez, je vous lance le défi de m’envoyer vos créations! Vous pouvez les partager dans le groupe Facebook, et comme ça tout le monde aurait un énorme répertoire des comptines pour la vie quotidienne. 

En attendant vos chansons, je vous souhaite du bonheur, de la sagesse, et des rythmes swings.

 

 

La musique dans la vie quotidienne

Qu’est ce qu’il se passerait si la musique n’existait pas? Comment vivez vous la musique dans votre quotidien?

Imaginez un film ou une pièce de théâtre sans musique. Le personnage principal arrive, vit son histoire, très mouvementé. L’aventure vaut vraiment la peine. Mais… Il n’y a pas de musique pour appuyer les scènes.

Maintenant imaginez votre vie sans musique. Rien pour vous donner la pêche le matin. Pas de musique pour vous soulager d’une tristesse. Pas de chanson pour décharger vos émotions de la journée.

Allons plus loin! Entrez dans une église sans musique, dans un temple bouddhiste sans mantras. A quoi cela ressemble?

Certes, la musique ne change pas l’essence aux choses… mais quelle place a-t-elle?

Événement interblogueur

C’est pour élucider ce mystère que j’ai voulu organiser l’événement interblogueur sous ce sujet: la place de la musique dans la vie quotidienne. 

Ce sont 4 blogueurs musiciens et moi-même qui se sont aventurés à explorer la place de la musique dans la vie.

Clothilde de L’Antre du Chanteur nous dévoile le pouvoir guérisseur du chant à travers son article. Elle nous montre la place du chant dans sa vie, et comment cet instrument l’a mené à la vocation de sa vie. 

Emmanuel du blog Votre voix au service de votre vie qui nous montre dans son article comment la musique dans le quotidien peut booster notre voix. Vous y trouverez quelques astuces!

Stéphane du blog Guitalaya qui nous raconte la place que la musique a dans la vie de tous les jours, mais aussi la place de la musique dans sa vie quotidienne.

Sarah du blog Multipassionés épanouis qui nous partage les enseignements qu’elle a tiré de sa relation avec le chant pour trouver ses objectifs.

Moi-même (Eirene) de ce blog-ci (Petit Doremi) qui vous donne des astuces pour passer une journée en musique et sortir de sa zone de confort avec les enfants.

A vous de jouer!

Quelle est le rôle de la musique dans votre quotidien? Qu’avez vous pensé de ces articles? Quelles nouvelles astuces ou enseignements en avez vous tiré?

Dites-nous tout dans les commentaires!

D’ici là, je vous souhaite du bonheur, de la sagesse et du rythme candombé.

Chanter pour vous libérer !

Vous n’osez pas chanter ? Vous avez l’impression que les casseroles chantent plus juste que vous ? Fredonner pour vos enfants est hors de question ?

C’est vrai que chansonner face à d’autres personnes, même nos enfants, peut être difficile. On se sent nus face à nos faiblesses. Et, généralement, montrer nos faiblesses n’est pas notre activité favorite !

J’ai entendu plusieurs parents me dire qu’ils n’osaient pas jouer de la musique avec leur enfant car leurs aptitudes musicales étaient totalement inacceptables…

Mais quel idée !

Je vais vous révéler un secret.

 

Les petits s’en fichent royalement de comment vous vocalisez. Ils ne savent absolument pas différencier un chanteur d’opéra du barde Assurancetourix dans Astérix, ni de quelqu’un qui chante juste, qui braille ou qui coquerique . Enfin… peut être ils le savent, mais ils s’en fichent ! Ce qu’ils savent et qui les intéresse c’est: si vous vous amusez avec eux ou pas !

La dessus ils ne sont vraiment pas dupes. Si vous avez des complexes, vous êtes mal à l’aise, vous ne « sentez » pas l’affaire, et bien, cela ne marchera pas.

Du coup, chanter bien ou mal est un jugement que vous vous faites de vous mêmes.

Combien d’artistes entendons nous à la radio qui chantent VRAIMENT juste ? Sans machines ?

Et eux ils se produisent, et on paye beaucoup d’argent pour les entendre.

Donc peut être que bien chanter, n’est pas forcément synonyme de chanter juste ! Cette définition de bien chanter, passe par un autre paramètre…

Et si être un bon chanteur voulais dire restituer une oeuvre en mettant tout son cœur dans sa voix? Cela vous enchante ?

Alors, voyons. Qu’est ce qui vous empêche vraiment de chanter devant vos enfants ?

Ok. Vous insistez.

Vous savez braire, piailler, miauler ou roucouler, mais pas chanter.

Soit.

Alors, dans ce cas là je vais vous donner trois astuces qui pourraient vous aider à mieux placer vôtre voix, et vous sentir plus à l’aise.

Quoi ? Vous pensiez que j’allais rester seulement sur le plan psychologique ?

Vous avez passé des années à penser que vous chantez mal. Je ne prétends pas vous enlever cette croyance avec un article d’une minute à l’autre ! Même si j’adorerais…

Quand même…

Chanter c’est respirer

 

Oui, ce n’est pas un mythe. Vous ne respirez pas bien, vous ne chanterez pas bien. C’est comme ça. Il n’y a pas 36 milles solutions. Il faut respirer correctement.

Respirer est pour le corps ET le chant, comme le lait pour le nourrisson: ESSENTIEL

Mais ce n’est pas cette respiration toute stressée qui gonfle votre thorax, bloque votre diaphragme, et ne vous relaxe pas du tout, qui va aider votre expression vocale. Non. C’est la respiration abdominale.

Vous devez inspirer et gonfler votre ventre. Pour cela vous devez laisser de côté toute volonté esthétique d’avoir le ventre plat. Libérez votre ventre, et vous libérerez votre respiration. Ne chantez pas La reine des Neiges s’il vous plaît ! Ça suffit comme ça! Bon ok, si ça peut vous libérer, pourquoi pas…

Vous pouvez pratiquer cette respiration tout les jours dès que vous y pensez. Plus vous la faites, plus elle deviendra automatique.

Cette respiration vous aide à vous détendre, à prendre du recul, et surtout à débloquer la colonne d’air, pour ce qui nous intéresse ici : chanter.

Mettez vôtre cœur

 

Car cela touche tout le monde. Les enfants, les grand parents, les voisins, vraiment tout le monde. Si vous sentez vraiment la chanson ou si vous la chantez vraiment avec plaisir, cela sera parfait. La musique et le chant, tout particulièrement, sont fait pour ÊTRE PARTAGÉS. Si on ne donne pas de soi, cela n’a aucun sens.

Vraiment.

Absolument aucun.

Oubliez Whitney Houston

 

Et oui ! Je n’ai rien contre cette dame, mais enfin, c’est trop dur de commencer par là !

Les comptines sont les chansons qu’ à peu près tout le monde fredonne. La justesse est liée à la mémoire auditive. Quand vous étiez petit vous ne vous disiez pas: moi, je ne veux pas chanter car je ne chante pas juste. Vous appreniez les chansons car vous les aimiez bien. Et vous les avez apprises justes.

Alors soyez ami de ces chansons, et commencez par elles.

Ça tombe bien, c’est ce que les enfants préfèrent et que vous allez chanter avec eux.

Ça vous dit ?

Je vous lance un défi cette semaine : chantez au moins une chanson avec votre enfant en vous amusant et en oubliant tout jugement. Et partagez avec nous votre expérience à travers vos commentaires!