10 chansons qui aident à gérer la peur des enfants

Les enfants sont souvent confrontés à des appréhensions. Ils sont timides quand ils rencontrent une nouvelle personne ou un nouvel endroit. Ils craignent l’obscurité, l’aversion les terrorise. Comment peut-on les aider à gérer la peur?

1

Pourquoi je commence cet article avec la vidéo de Eye of the tiger? Mettez “play”. La réponse viendra toute seule. C’est une de meilleures chansons pour se motiver à confronter la peur, gérer l’angoisse et avoir la pêche pour toute la journée.

Peut être vous pensez que cela n’a pas grand chose à avoir avec les enfants. Qu’ils n’ont jamais vu Rocky, et que c’est trop vieux.

C’EST FAUX!!! Archi faux!!!

La première fois que j’ai mis cette chansons à mes enfants, avant d’emmener la grande à l’école, ils ont adoré!

Il y a des chansons qui marchent face à certaines émotions à tout les coups.

Ok.

J’entends déjà ce que vous allez me dire. “La musique est culturelle, la même chanson n’évoque pas les mêmes choses à tout le monde!” Et je vais vous répondre: oui, en effet.

Mais…

Musique dans les ateliers pour enfants

J’ai eu l’immense bonheur de donner des cours d’éveil musical à plein d’enfants. A chaque fois j’adore tester leur réactions face à des différentes musiques qui sont sensés provoquer des sensations précises  à ceux d’une certaine génération. Je met des classiques de rock, de classique, de jazz, de la pop, etc.

Ces enfants évidemment sont hors contexte. Ils n’ont jamais regardé un autre film que de l’animation pour petits, à la maison écoutent la musique de leurs parents certes, mais ceux-ci ne sont pas toujours très cultivés musicalement parlant. Ou alors, ils préfèrent tout simplement écouter un genre de musique plus que d’autres. Ce serait complètement normal, d’ailleurs… L’éclectisme ne convient pas à tout le monde. D’ailleurs, tout le monde n’est pas d’accord avec l’éclectisme… même chez les musiciens…

Bref.

Je teste la manière des enfants de se comporter quand je leurs mets différents classiques. En général ils ne connaissent pas, ou ils ne se sont pas intéressés auparavant… Mais là, c’est l’heure de la statue musicale, alors il faut écouter… Et bien, il s’avère que cette chanson est hyper motivante pour la plus part des enfants. Ils perdent toute timidité, ils se lâchent!!

Excellente piste n’est ce pas?

Je voudrais, d’ailleurs, profiter de ce paragraphe pour remercier, du plus profond de mon cœur, à Survivor pour avoir composé, arrangé et interprété cette chanson à merveille. 

2

 

Je met cette chanson en deuxième tout simplement parce que je pense à votre tête. Si jamais j’osais vous la mettre à la fin, je sais que vous en avez pour une semaine de Liberéééé, délivrééé, et vous allez m’en vouloir. Avec raison, en plus.

Oui. Peut-être.

N’empêche, cette chanson a tout pour prendre notre courage en main et affronter toutes les choses effroyables qui existent dans la vie. Le monde nous appartient après notre belle rebelle!

Puis, regardez la réaction de votre enfant. Ce n’est pas une belle image que vous avez là?

3

Cela, même si la plus part d’entre vous ne la connais pas, a un bon effet chez les enfants.

Chez moi aussi d’ailleurs…

Elle est en espagnol, c’est un groupe Uruguayen, mais il n’y a pas de raison qu’elle n’aide pas à braver les inquiétudes!

4

Cette chanson donne la recette pour changer les pensées noires en positives!

On peut même se donner l’exercice de l’apprendre avec les enfants. Une très bonne manière de travailler le langage pour les enfants de 5 et 6 ans!

5

Celle-ci est la préférée de mes enfants. Je ne pouvais pas l’omettre. Puis, c’est vrai qu’elle nous détourne de la peur et  nous invite à agir quoi qu’il se passe. Alors… mission accompli!

6

Encore une musique de footeux?

Oui, mais pas que…

I will survive est une chanson qui est très bien reçue par les enfants. Elle les met dans un état plus courageux, et c’est le but.

7

Un autre classique.

Je crois qu’il n’y a pas grande chose à ajouter…

8

Pour croire un peu plus, qui de mieux que Shrek?

9

Ah! l’été de Vivaldi!

Voici un bon moyen de nettoyer tous les cauchemars et passer à autre chose. 

10

La chanson pour que les frayeurs deviennent les amis de vos enfants!

Hakuna matata pour tout le monde!!

J’espère que cette petite liste vous ai donné plein de pouvoir et confiance pour affronter tout les obstacles que vous et vos enfants puissent avoir.

A demain pour la suite! N’oubliez pas de liker et commenter!!!

Comment gérer la peur à travers la musique: J10 du défi

Vos enfants ont souvent peur? Ils ont des cauchemars ou alors ils s’inventent des loups partout? Vous vous demandez en quoi la musique pourrait vous aider su ce coup? L’obscurité, la solitude, l’abandon, les adultes qui font des gros yeux, les monstres, les loups, ce sont des objets récurrents qui effraient les petits. Ce malgré tout effort d’apaisement de la part des adultes. Même que plus on essaye de les rassurer, plus ils focalisent sur la chose… Pourtant, parfois, on dirait qu’ils aiment ça. Un peu comme nous quand nous regardons un film d’horreur… Qu’on ne veut pas regarder… mais on regarde quand même. Confronter la peur donne de l’adrénaline, sensation plutôt agréable. D’ailleurs les meilleurs mentors recommandent réaliser tout les jours quelque chose que nous  appréhendons pour être plus heureux… Ce n’est pas pour rien! Cette émotion donc a double tranchant: d’une part peut nous paralyser, d’une autre peut nous donner énormément de plaisir. A la base elle est là pour nous protéger du danger. Sans elle, nous serions dans la bouche du loup depuis longtemps… Le problème est, comme vous l’avez certainement deviné, quand on est terrorisés, au point qu’on ne bouge plus, restant dans la situation peu convenable que nous sommes. Par exemple: nous arrivons dans une fête ou réunion où nous ne connaissons personne, et nous sommes angoissés à l’idée de parler avec de nouvelles personnes. Nous passons notre soirée seuls et frustrées d’avoir certainement manqué l’opportunité de rencontrer de gens intéressants.

La peur chez les enfants

Mais comment agir quand cela arrive à nos enfants? Nous voudrions tous que nos enfants soient sociables, qui disent bonjour à tout le monde, qu’ils osent prendre des risques physiques (mais pas trop…), qu’ils parlent aux gens (mais pas aux inconnus de nous). Malheureusement ce n’est pas toujours le cas. Evidemment, nous ne pourrons pas utiliser les techniques qu’on a vus pour la colère et la tristesse. Si nous mettons une musique qui angoisse les enfants, nous risquons plutôt de passer de très mauvaises nuits…

Et d’avoir des enfants traumatisés…

Non, pensons à autre chose.

Comme je le disais au début de l’article, rassurer l’enfant ne marche pas toujours. Cela dépend de la peur. Mais si ça consiste dans une crainte qui le bloque, cela va plutôt le renfermer, et il se dira: “on ne me comprends pas, ma peur est réelle, et je ne peux pas l’éviter”. Du coup il va penser que personne peut l’aider, et il aura encore plus peur.

En effet, je pense que la première chose que l’on pourrais faire est lui donner la chance de l’exprimer.

 

Jouer la peur

Nous pourrions rassembler plusieurs instruments, si on en a, ou plusieurs objet qui pourraient officialiser d’instruments: casseroles, tupperwares, cuillères en bois, des ballons de baudruche, etc. Laissez votre imagination trouver.

Ensuite lui demander de penser à sa peur et la jouer avec les outils qu’il a à disposition.

Laissons lui le temps dont il a besoin pour avoir le courage de la confronter et la jouer. S’il arrive, ce sera déjà un grand pas de donné!

Bien sûr, nous n’intervenons pas du tout. Nous restons à coté de lui, sans rien dire, sans juger. Nous observons uniquement. Peut-être nous pouvons le toucher à l’épaule pour le rassurer et qu’il comprenne que nous à proximité.

Ensuite, s’il réussi à jouer sa peur, nous pouvons passer à l’étape suivante. Qu’il imagine que les instruments sont sa peur. Qu’est ce qu’il veut en faire? Quelle solution peut-il trouver pour qu’elle devienne une amie? Ou simplement qu’elle disparaisse?

Encore une fois, nous lui laissons du temps pour qu’il trouve. S’il ne trouve pas ce n’est pas grave. Nous pouvons répéter cet exercice toutes les fois qu’il le désire. Il trouvera à un moment donné la porte de sortie.

Ceci ne remplace certainement pas des séances de psychologue s’il y a un trauma. Cet exercice je le met en mode d’exemple pour aborder des “petites” peurs.

Les peurs dus à des traumatismes majeurs (je parle de tragédies là… malheureusement ça arrive) doivent être traités par un professionnel. Même si cela n’empêche pas de l’aider. Mais laissez un professionnel vous guider pour cela.

Ok.

Le dernier paragraphe m’a laissé une sensation de mal-être… je me sens obligée de finir l’article par une note un peu plus heureuse…

Voyez? Un peu comme dans les films d’horreur. Nous avons vécu les pires atrocités ensemble, mais nous devons vivre vite un happy ending… sauf qu’elle n’arrive pas…

Car nous devons justifier l’épisode 2.

Du coup, je vous donne rendez-vous demain.

Pour la suite.

 

Likez, si vous le pouvez, et partagez…

Comment gérer la tristesse à travers la musique: J9 du défi

Vous vous êtes déjà trouvé à court de mots?

L’amertume m’accable lentement.

C’est le troisième jour du sujet (la tristesse), et je ne sais vraiment pas quoi dire de plus. Je suis en manque d’inspiration…

Mais, attendez!

Je viens de lire un article sur Le Figaro comme quoi la musique triste peut devenir notre muse.

Testons tout de suite! 

 

Je vais vous avouer quelque chose. Si je n’ai pas grand chose à dire sur la tristesse, ce n’est pas parce que je ne la connais pas, mais parce que je ne l’ai pas beaucoup vue chez mes enfants.

Pourtant je vous avais écrit dans l’article d’hier que la tristesse peut arriver lorsqu’un événement ou une activité arrivent à leur fin. Les enfants subissent beaucoup de fins, souvent non choisies par eux et du coup, accompagnées de la colère due à la frustration. C’est ainsi que nous voyons cette tristesse déguisée en crises et en “caprices”.

Mais ce n’est que de la tristesse.

Comment l’accompagner?

Imaginons pendant un instant que nous sommes des petits enfants.

Nous avons 2-3 ans et nous avons perdu notre doudou ou notre tétine.

Sentez la douleur du à la disparition de notre plus fidèle compagnon. Celui qui ne nous juge jamais. Cet ami qui est tout le temps avec nous, surtout quand maman et papa nous “abandonnent” l’espace d’une soirée (week-end ou semaine)… Notre bien si précieux qui ne nous disputera jamais, qui nous aimera toujours malgré le papier toilette déchiqueté, le coup de poing  donné à notre petite sœur, le maquillage effectué sur notre poupée. Le seul qui a admiré nos débuts de muraliste (bah oui, comment croyez vous que Diego Rivera a commencé, voyons…).

Imaginez que nos parents arrivent, nous voyant si affligés, plutôt que de dire: “ce n’est rien, ce n’est pas grave, on en achètera un autre”, ils nous réconfortent, nous fassent un gros câlin tout en écoutant une douce mélodie.

Comment vous sentiriez-vous?

Réconforté?

Peut-être que pour gérer la tristesse des enfants à travers la musique, il ne suffit que de cela.

Du moins, j’aimerais beaucoup qu’on accompagne ma tristesse ainsi…

J’espère que ce court article vous a éclairé un peu plus.

En ce que me concerne, je change d’émotion pour demain.

Serez-vous toujours là?

Likez, partagez et abonnez vous!!

Allez, je vous laisse une dernière pour la route:

Comment gérer la tristesse à travers la musique: défi jour 7

La tristesse. Drôle d’émotion celle là.

On se réveille, on ouvre les yeux, et on se souvient. Une perte, une séparation, une blessure profonde réouverte. Notre cœur se contracte, nous sommes en apnée. Le diaphragme descend pour laisser place à l’air qui rentrera bientôt dans nous poumons. Air qui nous aidera à lâcher ces larmes contenues pendant un instant.

Pendant qu’on se vide de ses larmes, de ses tripes, on nettoie toute cette noirceur qu’on était en train de cumuler, et dont notre corps ne veut plus. Car l’évacuation de la tristesse c’est ça: un nettoyage.

Cette émotion qui est souvent accompagnée de la colère, comment est-elle ressentie par les enfants?

Quand ils sont petits ces deux émotions ont tellement tendance à se mélanger et s’alimenter l’une avec l’autre.

Quoi que…

Chez les adultes aussi.

Musique et peines

Paradoxalement, la tristesse peut durer plus longtemps que la colère, mais on la cache plus facilement.

Comme on l’a vu les jours précédents, une fois qu’on est sous l’emprise de la ire, mis à part l’exprimer dans un lieu sûr, il n’y a rien d’autre à accomplir. On ne peut l’arrêter.

Par contre, la douleur due à une perte, une blessure, un abandon, on peut la vivre plusieurs jours, semaines, voir des mois. Pourtant, nous ne sommes pas dans une sensation constante de chagrin. Nous pouvons nous laisser distraire par la télé, les spectacles, une bonne musique, une réunion avec des amis bienveillants et amusants. La souffrance est toujours là. On l’a juste trompée.

J’entends en boucle la phrase: tristeza nao tem fim, felicidade sim.

En Uruguay on admire les Brésiliens pour leurs manière de gérer la tristesse. Malgré toutes leur peines ils continuent à danser et chanter sur des rythmes saccadés.

Ils ont peut être compris que c’est la manière de s’en sortir. Ou alors c’est une manière de ne pas affronter l’émotion et la blessure.

Car en écoutant la musique “triste” on se morfond probablement. Toutefois, on pleure jusqu’à se vider complètement, on affronte notre malheur, puis, quand nous sommes vraiment guéris, c’est peut être là qu’on s’en sort naturellement.

Il était une fois

Une fille de quatre ans qui était très irritable depuis quelques jours.

La banane a du noir. Je ne veux pas m’habiller pour aller à l’école. Il n’y a pas eu assez de temps pour jouer. Cela est moche, je ne veux pas le mettre. Je ne veux pas du chocolat, je veux du miel. Pas de miel, je veux du chocolat. Laisse-moi à la cantine et au centre de loisirs. Je ne veux pas rester à la cantine et au centre de loisirs. Tu es méchante. Mon frère est méchant. Mon père est méchant.

Bref. Plein de pensées positives!!

Ses parents se posent très sérieusement des questions: comment agir face à cette attitude? Quel est le problème de fond? Ils aimeraient trouver la solution. Ils n’en peuvent plus.

De plus, elle est très violente avec son frère. Et ça, les parents ne le supportent pas. Alors ils sont en colère. Du coup, elle aussi se met en colère: cercle vicieux.

C’est à ce moment là que sa mère se demande si ce n’est pas la tristesse qui est derrière le mal-être de sa fille. Elle décide alors d’approfondir sa recherche: comment gérer les émotions à travers la musique et elle découvre la méthode Brésilienne, la méthode la plus courante, pour se sortir de la tristesse.

Elle va chercher sa fille à l’école. Au programme: goûter avec Chopin, peinture avec le Unplugged de Nirvana.

Si tout ça ne marche pas.

Ce sera la méthode Brésilienne!

La suite de l’aventure demain.

Likez, partagez, commentez! Et au plaisir de se revoir pour le jour 8 du défi.

Comment aborder les émotions à travers la musique: J4 la colère

Bonjour! Nous sommes au quatrième jour du défi!! Et le quatrième jour à aborder la colère.

  • Nous avons vu comment une musique pouvait aider nos enfants et nous mêmes à décharger un trop plein de cette émotion. Pour en savoir plus: ici
  • J’ai aussi tenté le détournement d’attention à travers la musique dansante, pour décharger d’une manière plus positive, et pouvoir passer à autre chose. Regardez ici!
  • Le jour 3, nous avons vu la perspective de deux différents courants psychologiques: la thérapie comportementale et cognitive et la bioénergie.

Hier je m’étais proposé de trouver un moyen de lier son avec les exercices de Lowen. Seulement si bien j’ai quelques idées, je ne les ai pas du tout testés sur mes enfants ou moi-même. Donc, j’essaierai de le réaliser dans les jours qui viennent.

Je m’étais demandé aussi, si on mettait une musique de fond avec des messages positifs, est-ce que cela serait préventif dans le cas des pensées négatives. Le soir d’hier j’ai tenté un peu l’expérience, mais je n’ai pas trouvé de réaction ou de changement de comportement notable. Comme je le disais précédemment, peut être il va falloir une période de temps plus longue pour examiner les résultats.

Par contre, je me rends compte que ma maison est devenue plus musicale qu’avant ces jours de défi! Et que cela a nettement changé l’ambiance. Cela est super car si j’arrive à finir le défi, j’aurais installé carrément une nouvelle habitude! Car, comme vous le savez peut-être, il nous faut de 21 à 30 jours pour instaurer durablement une pratique dans notre quotidien.

Aujourd’hui

Je voulais continuer avec mes recherches en psycho, puis aussi vous parler un peu de comment la colère est vu et abordé par les différentes religions. Et je les ai mené ces recherches.

Mais…

Je vous avoue que je n’ai pas eu le temps de vous résumer les réponses.

J’espère que vous n’allez pas m’en vouloir si je laisse ça pour demain!

Par contre, je vais vous raconter une petite histoire qui m’est arrivé il y a un peu plus d’une heure.

Mes deux enfants, de 4 et 2 ans, étaient en train de jouer après le repas, juste avant la sieste. Je leur laisse toujours un petit temps libre, qui les permet de se défouler après le moment calme du repas, et ainsi être prêts pour la sieste. De plus, cela me permet de mettre un peu d’ordre, laver la vaisselle, et avoir tout prêt pour travailler pendant que les enfants dorment.

La grande était en train de dessiner tranquillement. Elle adore ça. Elle veut tout le temps travailler, suivre les instructions, colorier, résoudre des problèmes, enfin, une vrai fourmi. D’ailleurs, elle a du mal a rester immobile quelque part comme les fourmis aussi. Mais ça je pense que c’est dû à sa condition d’enfant de quatre ans.

Puis, mon fils de deux ans a décidé qu’il y en avais assez qu’on ne s’occupe pas de lui. Il a pris son crayon noir, et a dessiné sur le magazine de coloriage de sa sœur…

CA – TAS – TROPHE

La première chose qui est arrivé à mes oreilles est un cri aiguë. Ensuite, quelques secondes plus tard, des pleurs inconsolables.

Soupires. Les miens bien sûr…

J’ai ferme le robinet. J’enlève mes gants, car je lave avec des gants, autrement, mes mains deviennent rouges d’eczéma. Je les regarde.

La scène devant moi était la suivante: un petit en train de pleurer à cœur ouvert, par terre, en train de pointer avec sa petite main sa grande sœur. La grande en train de chercher quelque chose dans un tiroir en même temps qu’elle criait sur son frère. Quelle est votre première pensé?

Elle l’a poussé.

Ok.

Mais allons plus loin avant d’exploser et rendre la scène encore plus chaotique.

Je dis: qu’est ce qu’il se passe? Tu as poussé ton frère?

La grande réponds: oui, mais il a grabouillé (elle dit grabouiller et non pas gribouiller) sur mon dessin, il n’est pas gentil, maintenant je dois tout effacer (mystère de la chose qu’elle cherchait dans le tiroir résolu!).

Ok.

Je dis: d’accord, il n’avait pas à détruire ton travail, je comprends ta colère, mais on ne doit pas pousser quiconque sous aucun prétexte. Et toi, tu dois trouver une autre manière d’attirer l’attention de ta sœur.

Le petit était inconsolable. La fatigue, la frustration, l’ennui.

Je l’ai pris dans mes bras, pour aller le changer. L’heure de la sieste avait très clairement sonné. Mais il ne se calmait pas. C’est à ce moment là que je me suis souvenu d’une de moultes laissons que j’ai apprise avec la Méthode Parents efficaces, méthode créé par un couple de psychologues mexicains: Luis Carlos Flores y Gabriela Gonzáles. J’ai raconté tel quelle la situation arrivé. Toutefois, j’ai rajouté une petite amélioration: je l’ai chanté. L’effet était instantanée. Chanter ce qu’il s’était passé l’a interpellé tout de suite. Il s’est calmé immédiatement, tout en écoutant ma chanson.

Une fois changé, ils se sont demandé pardon mutuellement, ils se sont fait plein des bisous (ils adorent ça), et au lit!

Je vous avoue que j’étais fière de moi! Non seulement j’ai gardé le calme, sinon qu’en plus tout s’est bien passé!

Cela ne m’arrive pas souvent je dois vous le préciser. Surtout que moi aussi je suis fatiguée après le repas!

Voilà que l’histoire est fini. Et une nouvelle méthode de gestion de colère est apparu!

Chanter la situation vécue par l’enfant a plusieurs avantages:

  • La chanson attire son attention.
  • Raconter la situation tel quel permet à l’enfant de prendre du recul face à ce qu’il a vécu.
  • Cela lui apprend à prendre conscience de ses actes et de ces conséquences. Cela lui emmène à une réflexion sur soi.

Dites-moi, si vous avez l’opportunité de tester cette technique, si cela a bien marché avec vous.

Sur ce, je vous dis à demain pour la suite de mon défi!

Commentez, likez! et si vous désirer ne rien rater de la suite: abonnez-vous!