Les émotions, la musique et le silence

Souvent nos enfants se sentent dépassés par leur émotions. Tous les dérangent, ils pleurent face à n’importe quelle frustration. Bref. Rien ne va.

Du coup ils s’en prennent à tous ceux qui sont autour d’eux.

Et les plus démunis sont les petits…

Quoi faire dans ces cas là? Comment agir sans se laisser prendre par leurs émotions?

Car c’est tellement facile de rentrer dans le tourbillon, et finir par s’énerver, et que tout devienne un chaos total rempli de cris, de menaces, les enfants qui frappent, les joués qui volent, enfin, la tempête.

Il existe bien sûr beaucoup de techniques, mais aujourd’hui je vais vous parler d’une en particulière, très appréciée des musiciens, mais aussi redoutée au plus haut point!

Mais laissez moi vous raconter une petite histoire avant:

 

Histoire d’une pirate pas contente

Il était une fois, dans un village calme de la banlieue parisienne, une petite fille qui voulait être une pirate.

Bien sûr à l’école on lui avait bien dit que les pirates était un truc de garçon, tout comme Flash Mc Queen et les ninjas.

Pas de bol.

C’est tout ce qu’elle aime.

Du coup elle se battait contre vent et marée et tous les copains qui pensent qu’être une fille est aimer les princesses.

Elle, elle savait bien la vérité: être une fille c’est avoir une minette!

Elle a quand même le droit de vouloir être une belle voleuse, et jouer aux pirates dans la cour! N’est-ce pas?

C’est après une journée entière de bataille contre tous ces préjugées qu’elle rentra à la maison épuisée. Se battre pour ses droits n’est pas chose facile! De plus, elle doit se montrer forte! Et les filles fortes ne pleurent pas!

Finis les masques

Une fois à la maison par contre, elle peut se détendre. Elle peut être moins forte. Car à la maison elle n’a plus à se battre pour ses droits.

Maman lui a bien dit qu’elle l’aime quoi qu’il se passe. Alors elle s’en fiche qu’elle veuille être pirate, ou mettre les t-shirts de Flash Mc Queen ou se déguiser en ninja.

Même que maman aime bien jouer à la sorcière et se cacher, et les chatouiller quand on la trouve!

Pour toutes ces raisons, quand elle rentre à la maison, elle se dit qu’elle a aussi le droit de ne pas être contente.

Elle en a assez d’être la fille forte qui ne pleure pas.

Ceci explique pourquoi quand ils font une activité après le goûter, et son petit frère prend quelque chose qu’elle voulait, elle pleure. Quand la maman décide de se défouler en dansant avec une musique que ne lui plaît pas, elle se roule parterre. Si les choses ne sont pas exactement comme elle les veux à l’instant qu’elle les veux, elle trouve que c’est une catastrophe.

La petite pirate n’est pas du tout contente. Elle est triste, avec une pointe de peur.

Pendant des jours, voir de semaines la situation se répétais.

En voyant cela la maman essaye de trouver une solution au plus vite. L’harmonie de la maison était en danger. Bientôt une explosion aller y avoir lieu, et désamorcer la bombe devient sa priorité.

Et le silence fut

A ce moment là, la maman tombe sur un article qui parle d’une technique Montessori qu’elle connaît bien.

Jusque là elle ne l’avait pas appliqué car ses enfants étaient trop jeunes, et cela était recommandé pour les enfants à partir de 4 ans.

“Eureka!” s’écris la maman.

Elle appelle sa fille lors d’un des conflits qui ont mal fini entre frère et sœur, où la dernière avait griffé le premier. Une fois dans la chambre, avec une bougie, elles font l’exercice du silence.

Savez-vous que le silence dans les compositions musicales sont écris? La musique commence toujours par un silence. Et on ne peut rien commencer s’il n’y a pas de silence.

Le silence est la vie. Il est aussi la mort. Nous avons besoin du silence.

La petite pirate avait énormément besoin de ce silence.

Très reconnaissante elle reste regarder la bougie sans faire un bruit, calme, assise sur ses pieds. Sa maman voit le visage de la courageuse aventurière se détendre peu à peu. Le repos venir à elle. Un sourire se manifester sur ses lèvres.

Quand on se tait, et on écoute, la magie opère. La clarté est au rendez-vous.

Notre tête à tous aussi a besoin de silence.

 

 

 

Testez vous aussi cet œuvre magistral à la maison. Vous n’avez besoin de rien pour la jouer.

Et commentez vos ressentis! Car l’écriture est silencieuse elle aussi.

Cet article fait parti du défi 30 articles en 30 jours, un par semaine, où j’explore comment aborder les émotions à travers la musique. Si vous avez raté les premiers 15 articles les voici: 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15

Du bonheur, de la sagesse, et un rythme sans bruit.

Ressentir le rythme

La batterie

Pour écouter le podcast clickez sur “Play”, si vous préférez la lecture, vous avez l’article dessous. Bonne écoute!

Avez vous l’impression de manquer de sens rythmique? Pensez vous manquer de rythme dans votre vie?

Souvent, dans la vie occidentale, nous avons tendance à nous éloigner de ce rythme naturel. Nous ne vivons plus par rapport au lever et au coucher du soleil. Notre table ne reflète plus les saisons. Nous ne respectons pas forcément le rythme de notre corps, et cela se ressent aussi dans notre perception de la musique.

Le rythme est la base de la musique et de la vie. La respiration respecte un rythme. La nature respecte un rythme. L’Homme respecte un rythme, et la musique qui n’est pas différente des autres, aussi respecte un rythme.

Je me retrouve souvent avec des élèves adultes complètement à coté du tempo.  Ils ne savent pas se balancer au rythme d’une chanson. Pour moi, pouvoir ressentir le tempo et le rythme avec son corps, est essentiel. C’est ce qui nous permet de nous retrouver dans la musique à chaque fois que l’on se perd. Du coup, en allant plus profondément dans la recherche d’une solution au problème j’ai découvert que le manque de sens rythmique montre un manque d’enracinement. Nous écoutons la musique avec la tête et non pas avec nos tripes.

Du coup, quand on veut travailler le rythme avec les enfants nous sommes coincés. Nous ne pouvons pas apprendre aux enfants quelque chose qu’on ne ressent pas. 

Du coup, je me suis donné comme mission principale de redonner aux tout petits, ce ressenti de la musique à travers le physique. Dans les pays latino-américains, comme le mien, les petits arrivent à taper la clave dès leur plus jeune âge, et en général n’ont aucun problème pour ressentir le tempo dans la musique. Alors, je me suis dit, que si eux le peuvent, n’importe quel enfant le pourra.

Et c’est vrai!

Comment je m’y prend pour y arriver? Je leur demande de bouger avec la musique. Nous réalisons des exercices pour que les enfants ressentent le tempo et puissent les taper, et même reproduire des rythmes plus complexes par dessus.

Debout! On bouge!

D’abord, je les laisse bouger librement, pour qu’ils retrouvent leurs ressentis, la joie de bouger avec la musique. Au départ les mouvements sont maladroits et indépendants de la musique. Petit à petit, naturellement, ils commencent à ressentir tout seuls le tempo. Ils commencent à se déplacer en suivant le tempo de la chanson, sans aucune indication de ma part. Essayez vous aussi! Mettez la musique de votre préférence, et balancez-vous sans réfléchir.  Qu’est ce que vous sentez? Ensuite vous allez marcher en suivant le tempo, vous allez être un avec la chanson. Aidez-vous de l’instrument percussif s’il y en a. D’ailleurs je vous recommande de commencer avec des musiques plus faciles à ressentir comme le rock, ou une musique qui ait la batterie présente.

Astuces

Toutes les semaines nous avons un rituel: balancer son corps au tempo indiqué (par la musique, ou par nous mêmes en train de jouer une percussion ou un instrument de musique). Puis nous tapons tout les temps avec les mains, avec les pieds et avec les deux en comptant 1,2,3,4. Ensuite, pour passer à l’étape d’après, tout en contant, nous tapons uniquement sur le deux et le quatre, sur le un et le trois, et ainsi de suite. Nous pouvons nous exercer avec plein de musiques différentes, ou comme je le disais précédemment, en jouant nous mêmes.

A nos instruments de percussion!

Nous pouvons transposer le même exercice en jouant des percussions avec des claves ou des tambourins.

Et petit à petit nous pouvons rajouter des rythmes plus complexes comme la clave de son, rumba, bossa, etc. A condition, bien sûr, qu’on sache les taper nous mêmes. Mais, ça, en s’entraînant, nous pouvons y arriver aussi!

  • D’abord commencez en tapant tout les temps en même temps que vous vous balancez
  • Ensuite tapez le deux et le quatre avec vos mains, sans perdre le mouvement.
  • Quand vous maîtrisez cela, essayez les différentes claves, très lentement d’abord, ensuite vous accélérez le tempo.

J’espère que ces petit exercices vont vous aider à avoir le rythme dans la peau! Bientôt je ferai une vidéo en vous montrant les exercices, cela vous donnera un coup de pouce!

Commentez vos expériences avec la communauté!

Comment ressentez vous le rythme? Comment apprenez vous aux enfants à le ressentir?

Nous avons hâte de voir vos commentaires!