5 manières de voir la peur à travers la musique

Clickez sur play pour écouter

Encore une soirée où votre enfant n’arrive pas à s’endormir? Les montres sont partout? Sa panique est incontrôlable? Il a peur?

C’était une journée fatigante. Le changement d’heure, le weekend hyper rempli, le printemps qui arrive avec toutes les allergies. Tout ça fatigue, il n’y a pas de doute.

Alors, l’heure du coucher est très attendu… par vous. Mais, visiblement, pas par vos enfants. 

“J’ai soif!”

“Encore une histoire!”

Etc.

Etc.

Enfin tout le monde est couché! Vous vous asseyez dans le canapé, et mettez quelque chose de léger à regarder à la télé. 

Vous respirez, vous commencez à vous détendre. Vous sentez chaque nœud formé sur vos épaules se défaire petit à petit. 

Oui! C’est bon, le silence, s’écouter soi-même. Enfin vous pouvez aller boire cette boisson que vous vous êtes servie il y a deux heures mais que vous n’avez pas encore réussi à boire. Vous déconnectez. Votre tête se vide.

Et là vous entendez un “MAMAN!!!!” (ou PAPA selon…)

“Oh non!” dit votre pensée.

Armé de courage vous allez voir ce que veut votre enfant.

La chambre est éclairée par la fine lumière verte de la veilleuse, alors vous mettez un certain temps à vous habituer à cette nouvelle lumière.

Vous vous approchez de votre enfant et…

via GIPHY

Il a peur de l’obscurité et de ce qui se cache derrière les rideaux.

C’est là que se présentent beaucoup d’options:

🙄 Vous lisez cet article et vous appliquez son exercice, mais cela risque d’être un peu bruyant et excitant avant de s’endormir…

😒 Vous vous mettez en colère, vous lui dites d’arrêter d’inventer des histoires pour ne pas dormir, que c’est l’heure, qu’il s’endorme et puis c’est tout! Puis vous retournez vers le canapé et culpabilisez car peut-être avait-il vraiment peur? et maintenant il est seul dans la chambre, en pensant qu’il ne peut pas compter sur vous car vous êtes en colère… Alors vous retournez, et essayez une autre option…

😖 Après avoir lu quelques livres ensemble sur comment gérer la peur, vous l’invitez à réaliser un des multiples exercices proposés: l’armure dorée de la licorne par exemple:

😨 Vous lui faites parler de sa peur, et l’exprimer à travers une courte histoire bruité, comme l’explique cet article.

Quelque chose marchera, sûr!

Puis le lendemain, pour reprendre courage essayez de vous donner de l’énergie avec la musique que cet article vous propose. Cela va vous détendre et la joie va apparaître pour que votre journée devienne magique.

C’est le 24ème article du défi!

Je ne voulais pas manquer de vous faire un résumé des articles sur la peur écrits pour ce défi de 30 articles en total. Du coup vous aurez plusieurs manières de voir la peur à travers la musique.

Comme utiliser la musique pour donner plus d’ambiance à vos histoires comme c’est décrit ici. Car la peur n’est pas une émotion toujours désagréable! Elle donne de l’adrénaline, et nous nous sentons vivants! 

De plus n’oublions pas qu’à la base la peur est là pour nous protéger! C’est grâce à elle que nous avons envie de fuir face à un danger. Donc, nous devons la visualiser comme une amie qui marche avec nous, et non pas comme une émotion qui nous bloque. Pour s’aider nous pouvons jouer les méchants: jouer la peur!

Ensuite vous pouvez l’utiliser pour vous inspirer vous et vos enfants dans des nouveaux jeux, comme c’est suggéré ici. Il n’y a pas que la tristesse qui marche! 😁

Alors? Qu’allez vous faire maintenant face à la peur?

Dites-moi tout dans les commentaires!!

Je vous souhaite le bonheur, la sagesse et du rythme saccadé.

 

 

 

Le trou noir et la musique

Photo d’en tête by Yves Merckx

Vous êtes en plein syndrome de la page blanche? Face aux émotions de vos enfants vous ne savez quoi faire? A court d’idées?

Et bien…

Moi aussi…

“Encore?” Vous allez me dire… “Mais tu nous as déjà fait la même il y a quelques semaines!! Il suffi!!!”

A ce moment là vous allez peut-être essayer de trouver plusieurs manières de me remonter le moral. M’inviter à respirer profondément comme je vous l’ai si bien conseillé lors de mon article sur la colère, ou c’était plutôt celui ?

Vous ne savez plus, mais l’histoire est qu’il faut que je respire…

Photo by Mon Œil

Tout en écoutant la marche funèbre de Chopin. (Allez! mettez “PLAY” sur la vidéo et respirez avec moi pour voir)

Alors je respire une fois…

Je détend mes épaules, malgré la peur que me donne cette musique…

Une deuxième fois…

Je suis surprise par le “refrain” en majeur très surprenant, et  que jusque là je ne connaissait pas du tout, car je ne suis jamais arrivé jusque là dans l’écoute de cette oeuvre de Chopin… Ah la vache! Pourquoi de la joie au milieu d’autant de lourdeur?

Je respire une troisième fois…

L’inspiration ne viens toujours pas, le trou noir est là et ne veut absolument pas me quitter. 

Mais…

Je commence à prendre goût à cette expérience.

Une petite lueur d’espoir, peut-être dû au refrain majeur de la marche, commence à apparaître.

Récapitulons

 

En effet, depuis vingt articles maintenant je vous parle de comment aborder les émotions à travers la musique. Je les ai appliqué moi-même avec mes enfants ET sur moi… J’ai eu plus ou moins de résultats positifs.

De toutes façons, la musicothérapie et la psycophonie existent bel et bien, et s’occupent de toutes ces émotions bloqués chez nous avec un très bon résultat. Donc, aborder les émotions à travers la musique devrait être agréable et utile.

Des enfants épanouis feront des adultes apaisés.

Imaginez ce que serait devenu Dark Vador s’il avait appris à manifester d’une manière zen et musicale toute sa colère!

 

 

 

 

 

Si Dark Vador avait appris à respirer pendant l’écoute de la marche funèbre, plutôt que de demander au compositeur John Williams de s’y inspirer, il aurait évacué sa tristesse. 

A la place de devenir un Jedi super méchant, il serait peut-être un super puissant maître qui aurait emmené tout le monde au bonheur et à la sagesse comme maître Yoda…

Ou alors devenir le premier Jedi-métallo de l’histoire!

Merci musique:

Tu es une méthode puissante pour exprimer nos émotions de manière sure. Puis tu nous inspires, la preuve, je ne savais absolument pas quoi écrire aujourd’hui, et voici que je suis à mon 452ème mot. 

Incroyable!

Bien…

Par contre, j’entends déjà dans votre pensée, car vous n’osez pas vraiment le dire: “quel est le rapport entre les enfants le trou noir?”

Cette question est tout à fait valide. Mais je l’ai déjà répondu au début de mon article quand je posais la question: “Vous êtes en plein syndrome de la page blanche? Face aux émotions de vos enfants vous ne savez quoi faire? A court d’idées?”

Quand vous êtes dans le même état que moi au début de cet article (vous avez le syndrome de la page blanche) et que vos enfants vous demandent de passer un moment avec eux, vous cherchez une solution.

Du coup vous éloignez ce moment là le plus possible: “pas maintenant, je dois laver les assiettes”, ou alors “oh non! j’ai oublié d’acheter le pain! on y va?” Et le moment spécial qu’ils vous demandent n’est toujours pas là…

Activité anti trou noir

Tout d’abord, il va falloir que je vous raconte mon secret.

Car, en vérité, j’ai un petit peu triché sur ce coup.

En effet,  j’ai été inspiré par la respiration que vous m’avez obligé à mener, et l’écoute de Chopin. Mais, ce n’est pas du tout la première chose que j’ai fait pour pouvoir écrire cet article.

La première astuce que j’ai appliqué est: (roulement de tambourrrrrrr)

M’offrir du temps pour pouvoir travailler. Je me suis assise, j’ai mit une alarme sur mon téléphone pour m’imposer un temps de travail.

C’est exactement ce que vous allez faire maintenant. Vous mettez une alarme et vous vous asseyez avec vos enfants. Ensuite vous mettez une musique inspirante (bizarre, pas bizarre, à vous de voir, mais sortez de votre zone de confort de préférence). Puis inspirez-vous de cette musique pour jouer.

Si j’avais dû m’amuser avec la musique de Dark Vador, cela aurait été facile. Tout de suite je me serait imaginé comme une espionne des forces obscures, en train de gravir des obstacles…

POUR CHATOUILLER MES ENFANTS!!!!

Dites moi dans les commentaires quels ont été vos trous noires, et comment vous les avez résolus. Est-ce que la musique vous a aidé? Avez-vous essayé d’inspirer vos enfants avec la musique?

J’ai hâte de vous lire!!

Bonheur, sagesse et du rythme latin pour tout le monde!

 

Quand l’angoisse s’invite à la maison

Peut être cela vous est déjà arrivé? L’angoisse qui envahit votre chez vous petit à petit? Elle arrive sans frapper à la porte, sans demander la permission, et surtout elle est très difficile à sortir.

Cette émotion est un dérivé de la peur. Elle mène souvent au stress. Elle est vraiment très mauvaise pour plein de choses:

  • la santé
  • l’ambiance générale
  • la patience
  • la bienveillance
  • la confiance en soi

Physiquement on sent un malaise au niveau du cœur, on se sent compressé, réduit à très peu de chose. Cela nous met à fleur de peau, et est très difficile à supporter.

Les motifs des adultes peuvent être financiers, grands changements, grandes décisions à prendre.

Pour les enfants cela peut être aussi les grands changements, l’acceptation des copains à l’école, avoir de mauvais résultats scolaires, avoir des grandes décisions à prendre.

Je suis actuellement dans un état comme ça.

Cela me ramène aux moments de décisions où je sentais que je sautais dans le vide. Je me lance, car il le faut: quand on n’agit pas, on n’a rien, mais…

Si c’était vraiment le vide? Et si cela me menait vraiment à la mort? Est-ce que je vais vraiment mourir ou j’ai juste un risque de rejet?

Mon corps tremble, mon cœur bat à tout rompre. Mes épaules sont tendues, mes jambes ne me tiennent plus.

Paralysée, endolorie… mon corps, mon cœur et mon esprit en pâtissent très fortement.

Un peu comme avant de sauter pour faire du parachutisme. Ou avant de rentrer sur scène. Ou avant de déclarer son amour à notre bien aimé. Peut être avant de lever la main pour intervenir en classe ou même de rencontrer notre banquier pour un prêt immobilier. Avant de regarder le test de grossesse ou de dire à notre ami/e ou mari/épouse que c’est fini…

Enfin.

Tellement d’exemples.

Le fait est qu’on ne sait pas vraiment comment s’en débarrasser.

C’est une émotion si désagréable et passionnante à la fois.

Nous aimerions enlever ce coté désagréable avec des choses externes à nous: un calmant, une tisane, une boisson alcoolisée, une cigarette, une cigarette un peu plus colorée, chocolat. Peu importe. Quelque chose qui atténue le tremblement.

Puis, d’un autre côté, c’est une sensation vraiment forte, qui nous rappelle qu’on est vivant, nous donne énormément d’adrénaline. Et nous pouvons très vite en vouloir plus.

Alors, quoi faire? Comment réagir?

Voici ma chanson décompresse

Quand j’entends cette basse commencer à jouer, tout de suite je sais ce que je dois faire. 

On m’invite à vivre l’instant présent. 

Ce qui arrivera, arrivera.

Entrer dans la danse, il n’y a que comme ça que les soucis n’auront pas de chance. Que la musique commence!!

Viva Fraggle Rock!!!!

Ok.

Petit exercice en famille: 

Nous allons mettre sur papier tout ce qui nous tracasse en ce moment. Ceux qui savent écrire, écrivent, ceux qui savent dessiner, dessinent.

Ensuite nous allons nous jouer les pires scénarios. Nous allons raconter des histoires d’horreurs avec nos propres peurs et angoisses. 

Puis, nous prendrons n’importe quel instrument qui se trouve à la maison, et nous jouerons la bande de son de ces histoires. 

Pensez bien à transmettre la tension au début, quelque chose qui nous compresse, qui nous écrase. Pour ensuite aller vers ce moment ou on n’en peut plus, et….

On se libère!

On s’exprime, on lâche, on frappe, on chante, et s’il n’y a pas de voisins, on crie!!! 

Nous pouvons réaliser l’exercice au parc si le climat est clément. C’est encore plus libérateur. On ne dérange personne, et on se sent en sécurité entre les arbres et la nature. 

Veuillez simplement vous mettre le plus isolé possible. Comme ça on évite les nouvelles angoisses des timides. 😉

Cet article est le 18ème du défi: comment aborder les émotions à travers la musique. Ce défi consiste à écrire 30 articles sur ce sujet, un par semaine.

Si vous souhaitez connaître les autres articles sur la peur:

Si vous aimez cet article, faites-le nous savoir! Dites-nous ce que vous avez ressenti, et partagez! Cela me fera toujours plaisir!

A vous le bonheur, la sagesse et la musique!!!

 

Jour 13: la musique qui fait peur aux enfants

Mais, pourquoi les effrayer? Nous ne voulons pas plutôt les rassurer et leur donner confiance en la vie? En quoi la peur peut être utile?

Nous sommes le jour 13 du défi. Le chiffre 13 étant LE chiffre de la mauvaise chance, ou des film d’horreur, j’en profite pour parler de la terreur!

Hier nous avons vu les sons qui peuvent faire peur ou rassurer. Aujourd’hui nous allons écouter des musiques qui peuvent faire peur, mais aussi passer un message.

A la base, toutes les histoires écrites pour les enfants, même chez Disney, ont des passages qui épouvantent les enfants. Ces moments apprennent aux enfants ce que serait la réalité si les choses mauvaises arrivaient, ou que le méchant était le chef. Cela donne une véritable idée des conséquences aux enfants qui souhaitent très vite que cela ne se passe pas comme ça. Le message rentre inconsciemment dans leur cerveaux qu’on ne doit pas réaliser certaines actions, sinon, le méchant du dessin animé ou de l’histoire va prendre le dessus.

Cela d’un coté, est bien pratique. Car l’histoire nous évite que l’enfant vive véritablement le danger, mais il apprend d’une manière naturelles certaines règles de sécurité… Ne parle pas avec le loup (l’étranger);ne mange pas trop des bonbons car la sorcière va te manger; attention avec les belles-mères jalouses, ah non, la dernière non… C’est le coté négatif… On peut aussi emmener des messages erronés sans se rendre compte. Bah oui. Les pauvres belles-mères ont pris cher dans les histoires! Puis la dualité féminine: la plus méchante (la sorcière, la belle-mère, la méchante reine, la méchante fée, etc), et la plus douce et gentille (toutes les princesses de première génération, maintenant elles se rebellent un peu les filles… mais ça reste gentillet…); nous avons l’impression que les femmes normales n’existent pas.

Pour accompagner ces scènes troublantes, la musique est là pour remettre une couche.

 

Musique de film d’horreur

Caractérisée par des sons plutôt graves au départ, longs, lents, répétitifs, qui accélèrent leur tempo au fur et à mesure, pour être interrompus par des notes soudaines plutôt criardes, qui surprennent, qui nous font sursauter. La musique nous donne une sensation de stress, d’anxiété. Nous savons que quelque chose de mauvais va se passer.

D’ailleurs, pendant que je vous écrivais ça, j’écoutais la musique de Shark, puis j’ai du arrêter. J’avais l’impression que si je ne finissais pas vite la phrase que j’exprimais un malheur me tomberais sur la tête. Quand j’ai mis stop, la sensation s’est évanoui. J’ai pu enfin me relaxer et me dire: t’inquiète! ce n’est qu’un article.

Ufff.

Imaginez l’effet chez les enfants. Les avez-vous déjà observé pendant qu’ils regardaient un dessin animé ou un film? (D’ailleurs, je profite pour vous rappeler de ne pas les mettre devant des écrans avant l’âge de 3 ans, cela est vraiment mauvais. Lisez ceci ou ceci.) Avez-vous vu ce qu’ils ressentent? Parfois ils pleurent!

Ma fille a regardé un de ses premiers films à l’école pour les fêtes: Niko le petit renne. Elle a été assez perturbée. Elle nous en a parlé pendant un bon moment.

Alors imaginez complémenter vos histoires, à la moral parfois douteuse (je n’ai rien contre Blanche Neige, mais bon, les rôles de femmes ne sont pas géniaux quand même!), avec de la musique.

Sonoriser ses histoires pour que l’on saisisse mieux son message

Pour cela il faudrait bien sûr pré établir sa playlist. S’assurer que l’histoire qu’on a choisi ou inventé passe le message voulu pour éviter une bêtise concrète. Par exemple: pourquoi nous devons toujours traverser la rue en regardant vers les cotés et en respectant les feux multicolores.

Ensuite raconter.

N’oubliez pas que généralement les méchants ont des voix graaaaves, même les femmes. Enfin, sauf les sorcières, qui ont une voix horriblement aigüe…

Cela peut se réaliser aussi avec du simple bruitage vocal. L’effet sera à peu près le même, et il y aura moins de pauses pour mettre play ou stop. 😉

A la fin de l’expérience, vous pouvez passer à l’étape de verbalisation. “Alors ma/mon chéri/e? Qu’est ce que tu as compris de l’histoire?” Si l’enfant vous dit le message que vous aviez envie de lui apprendre (dans notre exemple, comment bien traverser la rue), la mission a été accompli!

Sinon…

Retentez demain!

Pour ma part, je vais tester mon idée dès ce soir… Car j’ai raconté des histoires avec des effet sonores des milliers de fois, certes, mais ce n’est qu’aujourd’hui que l’idée d’insérer un message/règle dans l’histoire m’est venu…  XD

Dites-moi si vous avez appliqué le conseil et comment ça s’est passé!

Enfin, surtout, est-ce qu’ils respectent mieux la règle maintenant? 😛

Je vous dis à demain pour la suite du défi!