Noël: comment le rendre magiquement simple en musique

Pas tout le monde aime Noël.

Vous n’y êtes pas obligé, d’ailleurs. 

Pour les âmes seules, c’est le souvenir qu’elles le sont: seules.

Pour ceux qui ont une famille, cela représente une fête de famille: toute la famille.

Le concept de famille est très vaste, et selon la personne, cela va être toute la famille, belle-famille, grandes tatas et tontons, et toute une panoplie de gens que l’on voit une fois par an: à Noël.

Ou alors cela va être la famille directe: papa, maman, frères et sœurs, parfois grands parents. 

Dans tous les cas, c’est une fête qui va vous amener à des confrontations: les cadeaux, l’organisation du repas, qui fête avec qui, Père Noël ou pas Père Noël?, politique, modes d’éducation,  non-dits, et la liste peut-être vraiment très longue.

Donc, non, pas tout le monde aime Noël. Et peut-être vous non plus, et vous n’osez pas vous l’avouer…

Mais, il faut l’aimer pour nos enfants. Nous avons de bons souvenirs d’enfance à Noël, où tous ces problèmes d’adulte ne nous touchaient pas. Il y avait la magie de Noël! 

Décorations féeriques, des rennes et des ours polaires dans toutes les vitrines, de la fausse neige, des étoiles qui brillent, des histoires d’hiver au coin du feu, le sapin de Noël et la crèche, les chansons de Noël. 

Et tout le monde qui rêve de magie…

C’est bien cela que nous voulons transmettre à nos enfants…

C’est quoi Noël

Noël est une fête religieuse, qui emprunte aux Celtes la fête de la lumière qui gagne contre l’obscurité: les jours vont enfin se rallonger!

Les Chrétiens vont dire la même chose: la lumière gagne, mais elle est représenté par leur maître spirituel: Jésus.

Car c’est une fête qui honore la naissance de Jésus. Et toute la magie qui entoure l’histoire de cette naissance est Noël: une mère qui est tombée enceinte vierge, une étoile qui guide trois Rois Mages vers le berceaux de cet élu, une naissance au beau milieu de rien, cachés du Roi qui veut déjà sa mort. Noël est une journée qui rappelle une histoire passionnante digne de toutes les films et comédies musicales qui lui ont été consacrés.

Alors, avant de froisser quelqu’un, Jésus a vraiment existé. C’est l’histoire de sa naissance qui n’a pas été prouvé avec des méthodes scientifiques. Mais comme toute légende, c’est une histoire qui a sa part de vérité. Pour en lire plus, voici un article de National Geographic. Et là, avec ce que je viens de dire plus l’extrait de Jesus Superstar que je viens de mettre, j’ai perdu un bon nombre de lecteurs… Désolée…

Mais revenons à nos moutons. 

Noël est une fête religieuse, mais aujourd’hui, ça ne l’est plus pour bon nombre d’entre vous.

Aujourd’hui, il s’agit du Père Noël (d’où il vient celui-là déjà? ah! oui! de Saint Nicolas, appelée « Sankt Nikolaus », qui se fête le 6 Décembre…), plein, plein, vraiment plein de cadeaux, et un repas en famille qui ne finis jamais. 

Enfin, c’est ce que je vois… 

Mon Noël à moi n’était pas comme ça… et ce Noël là, je l’adorais…

Nostalgie de mon enfance

De mon temps (oui, je vais me la jouer vraiment vieille), dans mon pays, Noël était vraiment plus simple.

Je viens d’un pays principalement athée. Noël est une de rares fêtes religieuses qui a survécu dans la tradition. Mais elle ne se fête pas vraiment comme en Europe.

Déjà, premièrement, chez nous, c’est l’été… et ça change tout.

Pendant que, vous vous emmitouflez pour profiter ou pas de la neige, nous on se déshabille le plus possible, tout en respectant les convenances, car on a trop chaud…

Quand j’étais enfant j’adorais ça! Je me levais le 24 au matin de très bonne humeur. Je choisissait la robe que j’allais porter le soir (la seule fois de l’année que j’avais envie de porter une robe, ne me demandez pas pourquoi… les autres jours c’était survête ou jean…).

Après le petit déjeuner et après regarder les dessins animés “spécial Noël”, nous sortions acheter des feux d’artifices, avec l’argent collectée lors de la fameuse poupée de Judas.

La quoi?

Oui, d’accord, vous n’avez pas ça en France.

Déjà, Judas était le grand traître de Jésus, le vilain de l’histoire.

Nous avions comme tradition de faire une poupée fourrée de papier et de trucs brûlables, qu’on appelait Judas. On demandait de l’argent dans la rue, munis de notre poupée, pour pouvoir acheter des feux d’artifices et pour brûler Judas le jour de Noël. 

Maintenant je crois que c’est interdit. Et déjà à mon enfance, il n’y avait pas beaucoup de parents qui laissaient leur enfants faire ça. Mais bon, c’était à la base ça la tradition.

Donc, je reviens à mon histoire de Noël.

Je me souviens avec quelle joie j’attendais le soir, que la famille se réunisse. Nous mangions des choses à grignoter, des boissons extra froides. On écoutait la musique qui passait à la télé, car à partir de 20h des clips vidéos non stop défilaient à la télé. 

J’adorais ça. Les clips vidéos.

Puis, comme je n’ai jamais cru au Père Noël, quand les cloches de minuit sonnaient, nous allions au balcon voir les feux d’artifices. On en lançait quelques uns, et ensuite nous nous donnions les cadeaux et les ouvrions.

Il y en avait pas des tonnes. Un ou deux cadeaux pour chacun. Et les enfants aussi donnaient des cadeaux à leur parents. Limite les parents en recevaient plus que les enfants!

C’était génial! 

Le lendemain, le 25, nous allions nous réunir avec toute la famille de ma mère. Il y avait mes cousins, le barbecue, des jeux, des rigolades. 

J’adorerais vraiment ce moment. Il était magique, alors qu’il n’y avait pas grande chose…

Comment transmettre la magie simple de Noël?

C’est une question que je me pose depuis la naissance de mon aînée…

Mais la réponse en vérité est aussi simple que ce que l’on veut transmettre. Pour arriver à trouver le comment, il faut d’abord savoir le quoi.

Qu’est que l’on veut transmettre comme souvenir de Noël?

Et bien, les mêmes valeurs qu’à la base il prône: la Paix, la Joie et l’Amour.

La Paix c’est la détente à l’intérieur de soi, même si dehors ça se bat pour acheter tous les cadeaux, les courses du repas, etc. La paix et la relaxation est le meilleur souvenir que j’ai de mes parents à Noël.

La Joie, qui vient main dans la main avec la Paix, car quand on est détendu, on se sent joyeux, et prêt à tout pour transmettre cette joie à tout le monde!

Le partage de cette joie est bien de l’Amour, n’est-ce pas?

Commencez donc par trouver tout ce qui vous détends pour cette fête incontournable: faite votre liste.

Ou alors, trouvez toutes les chansons qui vous donnent des souvenirs de joie et de détente.

Mettez les le matin du 24.

Réveillez cette journée avec des danses, des rires. Tournez sur vous même avec vos enfants, comme vous faisiez quand vous étiez petit.e. Laissez-vous tomber! 

Racontez des histoires de Noël!

Bruitez-les avec les instruments. Vivez les histoires avec vos enfants. Si vous ne savez pas comment faire, je vous invite à voir cet article.

Invitez toute la famille à vous rejoindre!

Savourez le moment, amusez vous!

Et prenez des photos.

C’est peut-être le dernier Noël ou votre famille pensera que vous êtes saine d’esprit… 🤣🤣🤣

Santa Claus is coming to town

Pour moi ce sera probablement le dernier article de l’année.

Alors, je vous souhaite que Père Noël vous emmène ça: des rires, de la détente, de la joie, des supers souvenirs. 

Car les fêtes c’est avant tout ça: des bons moments.

Ne l’oubliez, s’il vous plaît, pas.

Du bonheur, de la joie, de la Paix et des rythmes des grelots des rennes.

[/thrive_lead_lock]

La joie de l’enfant: l’accepter en musique

L’expression de la joie n’est pas toujours accepté chez les enfants. Vos enfants sont TROP joyeux. Excités même. Ils faut les calmer?

Ils sont un peu comme cette chanson:

Il y a des jours comme ceux où nos enfants reviennent de chez Papy et Mamy, ou alors ils ont fêté un anniversaire avec plein de bonbons, ou des jours qu’ils savent qu’il y aura du monde à venir et qu’ils auront le droit à l’apéro.

L’APEROOOOOO!!!!

Wuuuuuuhuuuuuu!!!

Alors ça chante, ça crie, ça saute partout dans tous les sens. Les voisins d’en bas, d’en haut et même ceux d’à coté, pour ceux qui n’ont pas de maison, se demandent si la révolution est arrivée chez eux.

Ou alors c’est peut-être une bande de punks qui a décidé de faire la fête tôt… beaucoup trop tôt pour un punk… tellement tôt qu’on se doute que ce ne soit pas la bonne réponse…

La fête pour un punk c’est davantage ça:

Et vue notre condition, parfois on aimerait y être… 😨😅😂

Non, nos enfants c’est plutôt ça…

 

via GIPHY

Quand ils sont comme ça, nous avons la fâcheuse tendance…

mmm….

comment dire?

à être un peu casse fête…

“Calme toi! tu es trop excité!”, “NE CRIEZ PAS!!!”, “les enfants, vous avez le droit d’être contents, mais là c’est TROP”.

Trop?

La première fois que j’ai entendu des adultes dire ça aux enfants, j’ai été un peu surprise…

Voilà pourquoi je me suis dit que mon 25ème article du “défi comment aborder les émotions à travers la musique”, allait parler de la si redoutée joie.

Arrête ta joie, tu me fais mal aux oreilles

Oui, je suis sure que vous avez entendu cette phrase, bon, d’accord, pas comme ça, mais… presque…

D’ailleurs ils en parlent dans cet article, et vous aurez des astuces pour travailler avec ça dans cet article.

Quand je suis arrivée en France c’est la première chose que j’ai remarqué: le peu de tolérance aux expressions de joie. Je n’avais pas ressenti la même chose en tant que adolescente ou enfant dans mon pays (Uruguay, Amérique du Sud, ou si vraiment vous ne situez pas regardez ici).

J’avoue qu’en Uruguay, nous avons énormément d’opportunités pour exprimer la joie, comme le Carnaval, les spectacles de rue, de murga, et même qu’on peut chanter et danser spontanément dans la rue, et les gens vont accueillir l’événement plutôt joyeusement. C’est pareil pour la joie des enfants. D’ailleurs on rigole et on crie avec eux.

Nous n’avons pas de problème à applaudir les feux d’artifices, les atterrissages des avions, à sauter de joie quand on voit quelqu’un qu’on aime bien, et le prendre fort dans nos bras.

Il y en a qui cataloguent les latino-américains de grands enfants à cause de cela.

Oui, peut-être…

Du coup je vous pose la question: est-ce un mal?

Vivre la joie

OK, je ne vais pas vous demander de sauter et crier de joie la prochaine fois que votre enfant l’exprime en plein milieu d’un enterrement. N’ayez crainte.

Bien sûr, il y a des lieux où exprimer sa joie est un peu déplacé… (vraiment?)

Mais, on peut commencer à faire un exercice pour s’entraîner à être plus tolérant aux bruits et expressions de celle-ci.

Voyons comment s’aider du meilleur outil, à mon sens, pour ce faire: LET’S PLAY MUSIC!!!!

3 astuces pour connecter avec votre joie et celle de votre enfant

Première astuce:

Quelle est la chanson sur laquelle vous dansiez, quoi qu’il se passe, quand vous étiez dans un âge moins sérieux?

Mettez-là.

Allez-y, vous n’avez plus l’excuse que vous avez perdu le CD ou pire: la cassette, vous avez Spotify, Deezer ou Youtube maintenant.

Montez le son.

DANSEZ!!!!!!!!! et chantez, et profitez de ce moment de joie et de bons souvenirs en les partageant avec vos enfants.

Deuxième astuce:

Quelle est la chanson préférée de votre enfant? Celle qui le fait danser quoi qu’il se passe, qui le met en complète extase.

Mettez-la.

Montez le son.

Et répétez la même opération que pour l’astuce précédente.

Troisième astuce

Prenez vos habits les plus fous ou déguisez-vous (enfants aussi). Si vous le souhaitez, vous pouvez même vous maquiller. Mettez beaucoup de couleurs, sortez de votre zone de confort.

Ensuite, vous pouvez prendre des articles sonores comme des tupper-ware, casseroles, flûtes à bec, appeaux, tambours, ou ce que vous avez de bruyant chez vous.

Si vous n’osez vraiment pas déranger les voisins allez dans un parc ou forêt, si vous n’en avez pas, chez-vous.

Vous allez jouer sans retenue. Il y a des réticences qui arrivent à votre tête?, jouez plus fort! C’est l’heure de guérir. Vous avez le droit d’exprimer votre joie. La joie est positive et emmène des choses positives. La joie est la santé, l’abondance, l’éveil spirituel, l’intelligence. Rien ne vaut d’être vécu si ce n’est pas avec joie.

Alors, SOYONS JOYEUX.

Dites-moi en commentaires les chansons qui vous donnent la joie et l’envie de danser, j’ai envie de danser avec vous!!!

Je vous souhaite du bonheur, de la sagesse et du rythme binaire.

Carnaval

Le Carnaval ou Mardi Gras se fête un peu partout dans le monde. Mais cet événement n’a pas le même sens partout. Et si on faisait un tour des différents façons de manifester ce jour pour choisir celui qui nous convient le mieux?

J’avoue: j’adore le Carnaval. Je viens de l’Uruguay, et chez nous cela se fête pendant plus d’un mois. Nous avons de spectacles tous les jours. Deux ou trois défilés. Beaucoup de guerres d’eau improvisées. Car c’est l’été et beaucoup d’entre nous est en vacances à ce moment là.

Le mois de Février et Mars en Europe sont, par contre, bien différents. Le Carnaval, ou Mardi Gras, aussi. Ce n’est pas pour autant que c’est moins amusant, mais plusieurs villes et écoles préfèrent du coup, fêter le Carnaval plus tard, en printemps, avec des journées plus belles et moins pluvieuses!

Alors ce matin j’ai décidé de fêter le Carnaval avec mes enfants. Nous avons créé des masques avec des paillettes, une chanson sur le Carnaval (un dragon qui mangeait des lettres…), et ils se sont déguisés.

Origines du Carnaval

On retrouve son essence dans des fêtes très anciennes qui vont de l’ancienne Babylone, en passant par la Grèce et Rome, elle existe également dans la tradition Juive, et la religion Chrétienne qui récupère la fête au Moyen Age.

Depuis le départ cela consiste en porter des masques, défiler, renverser les rôles et la transgression de certaines règles. On y retrouve du vin, des orgies, de la joie. 

C’est la signification qui change selon les traditions.

Les civilisations antiques fêtent la fin de l’hiver. Il y en a qui pensent que les morts nous rejoignent à ce moment là et font que les cultures deviennent plus abondantes. Pour les attirer on porte des masques avec beaucoup de couleurs et des brillants. 

Dans la religion chrétienne, le Carnaval précède le carême. Nous devons profiter de cette fête pour manger gras (d’où le nom Mardi Gras), de transgresser les règles et nous amuser, car une période d’abstinence commence durant 40 jours.

Carnaval en France

Les plus célébres se déroulent à Nice et à Dunkerque.

Le carnaval à Nice est caractérisé d’un défilé de chars assez sophistiqués, chorégraphies de danseurs, caisses claires, déguisements, gaufres et la fin de cette fête est au même temps que la mise au feu du Roi du Carnaval.

A Dunkerque il n’y a pas de Chars, mais les gens se déguisent énormément et défilent tous ensemble. Il n’y a pas de public, tout le monde participe!

Dans les autres endroits de la France en fête le Carnaval également, mais plus discrètement. Dans les écoles les enfants se déguisent, puis dans certaines villes on attend les beaux jours pour organiser des défilés avec des fanfares et confettis.

Le Carnaval dans le Monde

Les plus connus sont ceux de Venise, de Rio de Janeiro au Brésil, et celui de la Nouvelle Orléans aux Etats Unis d’Amérique. Mais par fierté, je vais aussi écrire un mot du Carnaval Uruguayen, qui est réputé le plus long du Monde! 😜

Celui de Venise est caractérisé par ses beaux masques et ses belles robes. En effet, l’idée était de sortir dans la rue caché, masquant la richesse ou la pauvreté et stimulant les intrigues amoureuses. Le peuple se confond avec la noblesse. Nous sommes tous égaux avec des masques!

Les Carnavals du continent Américain consistent également en défilés. Mais ils ont eu une autre signification. Car si bien la fête a été gardé des Européens, ils l’ont bien personnalisé. Le jour du Carnaval (ou Mardi Gras pour la Nouvelle Orléans), était le seul jour de liberté des esclaves. L’unique opportunité qui avaient les africains emmenés de force en Amérique d’exprimer leur culture, prier leurs Dieux, danser, etc.

Celui de la Nouvelle Orléans se ressemble fortement à la fête de Mardi Gras Française. Et pour cause! Cette ville était auparavant une colonie Française. Sauf que les fanfares et les troupes qui défilent ce sont des fanfares de Jazz, et de personnes costumés de vêtements traditionnels indiens en souvenir de ceux qui habitaient là avant la colonisation.

Ensuite nous avons le Carnaval de Rio, qui dure 3 jours. C’est également un défilé avec des Chars, des comparsas de Samba et des danseur et danseuses qui dansent au rythme saccadé des caisses claires et des sourdos, entre autres instruments. Il est fort en couleurs et paillettes. Les écoles, qui sont celles qui défilent, préparent cette fête toute l’année, en y mettant tout les moyens possibles.

Carnaval en Uruguay

Comme les Carnavals de tout le continent, il fête cette journée de liberté pour les esclaves. Mais on l’a développé sous plusieurs formes, et au fur et à mesure que le temps est passé, le Carnaval a pris d’autres significations en plus.

Il existent au moins deux défilés à Montevideo, capital d’Uruguay: l’un où défilent les comparsas de Candombe (rythme et musique originaire des Afro-uruguayens). Comparsas avec des tambores: chico, piano et repique, des danseurs, et des personnages de Carnaval comme le Papa vieux, la Maman vielle y le porteur de drapeau.

Puis nous avons les Murgas, formations de chanteurs et percussionnistes, qui font des spectacles costumés. Ils critiquent avec humour la politique ou les événements sociaux du moment. Pendant la dictature, c’était le seul moment d’expression permis pour les opposants, à conditions que les paroles cachent très intelligemment le discours de liberté.

Alors pour bien honorer cette fête de folies, profitons ce jour pour changer de rôle avec nos enfants, nous amuser, chanter et danser sans limites. Car la joie est important de la vivre aussi. Elle nous apporte bonheur, sagesse et générosité!

Bonne fête de Carnaval!!

Partagez vos moments de joie sous cet article, et n’hésitez pas à partager!

P.S. cet article est le 20ème du défi comment aborder les émotions à travers la musique, aujourd’hui, vous l’aurez deviné, c’est la joie qui était au rendez-vous.