fbpx
Petit Doremi

Noël: comment le rendre magiquement simple en musique

Pas tout le monde aime Noël.

Vous n’y êtes pas obligé, d’ailleurs. 

Pour les âmes seules, c’est le souvenir qu’elles le sont: seules.

Pour ceux qui ont une famille, cela représente une fête de famille: toute la famille.

Le concept de famille est très vaste, et selon la personne, cela va être toute la famille, belle-famille, grandes tatas et tontons, et toute une panoplie de gens que l’on voit une fois par an: à Noël.

Ou alors cela va être la famille directe: papa, maman, frères et sœurs, parfois grands parents. 

Dans tous les cas, c’est une fête qui va vous amener à des confrontations: les cadeaux, l’organisation du repas, qui fête avec qui, Père Noël ou pas Père Noël?, politique, modes d’éducation,  non-dits, et la liste peut-être vraiment très longue.

Donc, non, pas tout le monde aime Noël. Et peut-être vous non plus, et vous n’osez pas vous l’avouer…

Mais, il faut l’aimer pour nos enfants. Nous avons de bons souvenirs d’enfance à Noël, où tous ces problèmes d’adulte ne nous touchaient pas. Il y avait la magie de Noël! 

Décorations féeriques, des rennes et des ours polaires dans toutes les vitrines, de la fausse neige, des étoiles qui brillent, des histoires d’hiver au coin du feu, le sapin de Noël et la crèche, les chansons de Noël. 

Et tout le monde qui rêve de magie…

C’est bien cela que nous voulons transmettre à nos enfants…

C’est quoi Noël

Noël est une fête religieuse, qui emprunte aux Celtes la fête de la lumière qui gagne contre l’obscurité: les jours vont enfin se rallonger!

Les Chrétiens vont dire la même chose: la lumière gagne, mais elle est représenté par leur maître spirituel: Jésus.

Car c’est une fête qui honore la naissance de Jésus. Et toute la magie qui entoure l’histoire de cette naissance est Noël: une mère qui est tombée enceinte vierge, une étoile qui guide trois Rois Mages vers le berceaux de cet élu, une naissance au beau milieu de rien, cachés du Roi qui veut déjà sa mort. Noël est une journée qui rappelle une histoire passionnante digne de toutes les films et comédies musicales qui lui ont été consacrés.

Alors, avant de froisser quelqu’un, Jésus a vraiment existé. C’est l’histoire de sa naissance qui n’a pas été prouvé avec des méthodes scientifiques. Mais comme toute légende, c’est une histoire qui a sa part de vérité. Pour en lire plus, voici un article de National Geographic. Et là, avec ce que je viens de dire plus l’extrait de Jesus Superstar que je viens de mettre, j’ai perdu un bon nombre de lecteurs… Désolée…

Mais revenons à nos moutons. 

Noël est une fête religieuse, mais aujourd’hui, ça ne l’est plus pour bon nombre d’entre vous.

Aujourd’hui, il s’agit du Père Noël (d’où il vient celui-là déjà? ah! oui! de Saint Nicolas, appelée « Sankt Nikolaus », qui se fête le 6 Décembre…), plein, plein, vraiment plein de cadeaux, et un repas en famille qui ne finis jamais. 

Enfin, c’est ce que je vois… 

Mon Noël à moi n’était pas comme ça… et ce Noël là, je l’adorais…

Nostalgie de mon enfance

De mon temps (oui, je vais me la jouer vraiment vieille), dans mon pays, Noël était vraiment plus simple.

Je viens d’un pays principalement athée. Noël est une de rares fêtes religieuses qui a survécu dans la tradition. Mais elle ne se fête pas vraiment comme en Europe.

Déjà, premièrement, chez nous, c’est l’été… et ça change tout.

Pendant que, vous vous emmitouflez pour profiter ou pas de la neige, nous on se déshabille le plus possible, tout en respectant les convenances, car on a trop chaud…

Quand j’étais enfant j’adorais ça! Je me levais le 24 au matin de très bonne humeur. Je choisissait la robe que j’allais porter le soir (la seule fois de l’année que j’avais envie de porter une robe, ne me demandez pas pourquoi… les autres jours c’était survête ou jean…).

Après le petit déjeuner et après regarder les dessins animés « spécial Noël », nous sortions acheter des feux d’artifices, avec l’argent collectée lors de la fameuse poupée de Judas.

La quoi?

Oui, d’accord, vous n’avez pas ça en France.

Déjà, Judas était le grand traître de Jésus, le vilain de l’histoire.

Nous avions comme tradition de faire une poupée fourrée de papier et de trucs brûlables, qu’on appelait Judas. On demandait de l’argent dans la rue, munis de notre poupée, pour pouvoir acheter des feux d’artifices et pour brûler Judas le jour de Noël. 

Maintenant je crois que c’est interdit. Et déjà à mon enfance, il n’y avait pas beaucoup de parents qui laissaient leur enfants faire ça. Mais bon, c’était à la base ça la tradition.

Donc, je reviens à mon histoire de Noël.

Je me souviens avec quelle joie j’attendais le soir, que la famille se réunisse. Nous mangions des choses à grignoter, des boissons extra froides. On écoutait la musique qui passait à la télé, car à partir de 20h des clips vidéos non stop défilaient à la télé. 

J’adorais ça. Les clips vidéos.

Puis, comme je n’ai jamais cru au Père Noël, quand les cloches de minuit sonnaient, nous allions au balcon voir les feux d’artifices. On en lançait quelques uns, et ensuite nous nous donnions les cadeaux et les ouvrions.

Il y en avait pas des tonnes. Un ou deux cadeaux pour chacun. Et les enfants aussi donnaient des cadeaux à leur parents. Limite les parents en recevaient plus que les enfants!

C’était génial! 

Le lendemain, le 25, nous allions nous réunir avec toute la famille de ma mère. Il y avait mes cousins, le barbecue, des jeux, des rigolades. 

J’adorerais vraiment ce moment. Il était magique, alors qu’il n’y avait pas grande chose…

Comment transmettre la magie simple de Noël?

C’est une question que je me pose depuis la naissance de mon aînée…

Mais la réponse en vérité est aussi simple que ce que l’on veut transmettre. Pour arriver à trouver le comment, il faut d’abord savoir le quoi.

Qu’est que l’on veut transmettre comme souvenir de Noël?

Et bien, les mêmes valeurs qu’à la base il prône: la Paix, la Joie et l’Amour.

La Paix c’est la détente à l’intérieur de soi, même si dehors ça se bat pour acheter tous les cadeaux, les courses du repas, etc. La paix et la relaxation est le meilleur souvenir que j’ai de mes parents à Noël.

La Joie, qui vient main dans la main avec la Paix, car quand on est détendu, on se sent joyeux, et prêt à tout pour transmettre cette joie à tout le monde!

Le partage de cette joie est bien de l’Amour, n’est-ce pas?

Commencez donc par trouver tout ce qui vous détends pour cette fête incontournable: faite votre liste.

Ou alors, trouvez toutes les chansons qui vous donnent des souvenirs de joie et de détente.

Mettez les le matin du 24.

Réveillez cette journée avec des danses, des rires. Tournez sur vous même avec vos enfants, comme vous faisiez quand vous étiez petit.e. Laissez-vous tomber! 

Racontez des histoires de Noël!

Bruitez-les avec les instruments. Vivez les histoires avec vos enfants. Si vous ne savez pas comment faire, je vous invite à voir cet article.

Invitez toute la famille à vous rejoindre!

Savourez le moment, amusez vous!

Et prenez des photos.

C’est peut-être le dernier Noël ou votre famille pensera que vous êtes saine d’esprit… 🤣🤣🤣

Santa Claus is coming to town

Pour moi ce sera probablement le dernier article de l’année.

Alors, je vous souhaite que Père Noël vous emmène ça: des rires, de la détente, de la joie, des supers souvenirs. 

Car les fêtes c’est avant tout ça: des bons moments.

Ne l’oubliez, s’il vous plaît, pas.

Du bonheur, de la joie, de la Paix et des rythmes des grelots des rennes.

[/thrive_lead_lock]

Comment survivre à l’hiver en musique

Winter is coming! Et avec lui: les grippes, les bronchites, les rhumes, la fatigue, les grèves. Comment survivre à l’hiver?

Avez-vous remarqué à quel point on se les pèle?

Cela donne envie de s’enfermer chez-soi, au chaud, face à une cheminé si on la chance d’en avoir une, sous la couette. La nature tout entière vous invite à vous reposer, à vous recueillir: les animaux qu’hivernent, les arbres qui sont tout nus (sauf, bien sûr, notre beau sapin), les journées qui sont extrêmement courtes.

 

Rajoutons à cela les grèves, les maladies d’hiver, et vous avez votre super combo.

 

La mortalité augmente en automne et en hiver.

 

Il y a plus de victimes de la dépression dû à un manque de lumière et vitamine D.

 

Pour couronner le tout, il faut travailler plus, il faut être plus attentif à l’école, les enfants étant fatigués vous demandent plus d’attention. Les fêtes qui arrivent. Vous êtes exigés de toutes parts.

 

Même si vous aimez cette saison (pourquoi déjà? ), vous êtes d’accord avec moi quand je dis que l’hiver est dure.

 

Alors comment faire? Comment survivre à cette saison où tout vous invite à vous abandonner à l’oisiveté la plus profonde?

 

D’abord connaître l’ennemi

 

Pour gagner une guerre, tout bon stratège commence par connaître son ennemi.

 

Malgré tout, l’hiver, n’est pas notre ennemi. 

 

C’est une saison par laquelle la nature doit passer. Même dans les pays tropicaux, il y a des moments de pause. C’est le rythme naturel des choses. 

 

Le hic étant que nous préférons avoir nos vacances en été à la plage, du coup, on se déconnecte de l’essence même de cette saison. Et nous devons travailler plus dur, car, en plus du travail normal que nous effectuons, on lutte contre notre propre nature.

 

De là une perte d’énergie innécessaire. 

 

Les enfants, eux, plus proches de leur nature, ils suivent ce même rythme. Ils ont tendance à dormir plus (enfin, les vôtres, les miens sont extraterrestres… ils dorment pas…), à se fatiguer plus vite.

 

Et qui dit fatigue, dit moins de capacité à gérer les frustrations, les émotions, etc. Déjà qu’à la base ils ne sont pas trop capables de le faire, en hiver c’est encore plus difficile! Et nous ne sommes pas toujours le bon exemple…

Tout n’est pas perdu!

 

Mais bon, tout de même,  depuis toujours l’homme a travaillé dans toutes les saisons de l’année. Et une grande partie de son existence l’a passé dehors…

 

Alors, sûrement étant sa version moderne, nous sommes également capables de le faire! 

 

Ou pas?

 

Certes, pour ceux qui travaillent et étudient (enfin, si en maternelle on peut appeler le travail étudier… j’aurais mieux dit: investiguer, expérimenter, apprendre) à l’intérieur, vous êtes bien au chaud. Pourquoi quitter quelque chose qui vous conviens très bien.

 

J’avoue également que je ne sais pas trop comment vivent l’hiver ceux qui travaillent dehors… Mais, j’imagine qu’une fois rentrés chez-eux le soir, ils sont plus que contents. (Vous me confirmerez dans les commentaires si c’est votre cas!)

 

Quoi qu’il en soit, dans la majorité des cas, vous survivez tous plus ou moins bien à l’hiver.

 

Je ne veux pas survivre, je veux vivre!

 

Oui, messieurs, dames, la question est là: veut-on survivre l’hiver ou bien vivre l’hiver?

 

Comment faire pour que vos petits, et vous mêmes soyez le mieux possible dans cette saison qui nous demande de ralentir dans un monde qui est tout sauf calme?

Prenez bien le temps d’écouter la chanson avant de lire la suite.

 

Car je ne sais pas encore quoi vous répondre.

 

Allez, allez, vous pouvez le faire! Cela dure 4 minutes, je sais, ça peut être long… mais respirez, et essayez d’aller jusqu’au bout.

 

Ça y est? Déjà? Ce serait trop vous demander de l’écouter encore une fois? Ou alors les autres deux chansons… Ça me ferait gagner du temps…

 

Non?

 

Pourtant il s’agit de ça: prendre le temps. 

 

Avez-vous dégusté aujourd’hui le rire de votre enfant? L’avez-vous dévoré à bisous? Avez-vous pris le temps de chanter une petite chanson de Noël avec lui? (Psssst! D’ailleurs, connectez-vous sur la page Petit Doremi Facebook, je vous réserve une surprise pour ce soir!)

 

Se faire plaisir, c’est vivre!

 

Je pense que l’hiver est une bonne occasion pour remettre la pendule à l’heure (si ce n’est pas ça l’expression, veuillez m’en excuser). D’ailleurs, nous vivons dans la « bonne » heure, ce n’est peut-être pas pour rien!

 

Jour de grève? Faisons un spectacle! Mes enfants appelant « pestacle » à chaque intervention hors du commun qui vienne de moi, de leur père, d’eux mêmes… 

 

Hier, par exemple, nous avons mis la playlist que Spotify a fait en fonction de ce qu’on a écouté dans l’année. Puis, comme ce n’était pas toujours au goût de mademoiselle (ma fille de 5 ans), j’ai décidé de leur faire un spectacle avec cette musique (que moi, par contre, j’adoooore). J’ai imité les musiciens, j’ai dansé, j’ai couru, je me suis caché et apparu plusieurs fois, et eux, assis dans le canapé, étaient morts de rire!

 

Jour de pluie? Créons la bande de son d’une histoire, avec l’instrument de votre choix. Pour nous c’est le clavier. Récemment nous avons changé le notre, et donné l’ancien aux enfants. De cette manière je peux donner des leçons de piano à ma fille, et ils peuvent s’amuser.

 

Car  c’est un synthétiseur des années 80: imaginez le délire! Je me souviens que moi, quand j’étais enfant, et j’allais chez quelqu’un qui avait un clavier ou un piano, j’adorais me faire des histoires avec! 

 

Les enfants sont malades? Racontez-leur une histoire d’hiver bruité. Pour ce faire, vous pouvez regarder cette vidéo.

 

Vous êtes malade? Dites leur d’aller écouter de la musique dans leur chambre, pendant que vous restez couché dans le canapé.   Ou alors, mettez-leur du classique, pendant qu’ils dessinent, pendant que vous êtes à côté en train de vous reposer.

Ce n’est pas du classique, mais c’est calme...

 

Vive le vent d’hiver!

 

Puis, l’hiver n’est pas que de l’obscurité et de la froideur. Il y a pas mal de fêtes dans cette saison!

 

Noël, la chandeleur, la galette des rois, mardi gras: il y a de quoi devenir gras et joyeux!

 

Fêtons l’hiver différemment cet année, en prenant le temps de déguster les instants, en allant se coucher plus tôt, et accompagner le tout d’une musique festive ou relaxante, selon le moment de la journée.

 

Du plus profond de mon cœur, je vous souhaite du pur bonheur! Et des rythmes de pas de renne…